Syrie : l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, met en garde contre un « péril imminent d’escalade »

Après les récentes déclarations de la Turquie et de la Russie, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a mis en garde le conseil de sécurité de l'ONU contre un « péril imminent d'escalade ».

L’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a averti le conseil de sécurité de l’ONU ce mercredi 19 février sur la situation au nord-ouest de la Syrie. En dépit d’échanges intenses entre Moscou et Ankara, « aucun accord » n’a été trouvé, « au contraire », les récentes déclarations de la Turquie et de la Russie, « suggèrent un péril imminent d’escalade », met-il en garde.

Quelques heures plus tôt, le président turc Recep Tayyip Erdogan a à nouveau menacé de lancer une offensive militaire en Syrie contre les forces du régime de Bachar al-Assad dans la région d’Idleb (nord-ouest). Ce dernier a alors réitéré son ultimatum au régime syrien pour qu’il se retire d’ici fin février à l’est d’une autoroute clé et des abords de postes d’observation turcs à Idleb. « Nous pourrons surgir une nuit sans crier gare (…), une opération à Idlib est imminente », a averti le président turc.  De son côté, Moscou a immédiatement réagi. Pour le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, une telle opération serait la « pire des options ».

Cette passe d’armes intervient alors que la région, dernier bastion rebelle et jihadiste en Syrie, connait une situation humanitaire critique. La veille, face à la crise syrienne, la Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Michelle Bachelet a réclamé des « couloirs humanitaires » pour faciliter le passage des civils en toute sécurité.