Le Portugal dépénalise l’euthanasie

Ce jeudi 20 février, la dépénalisation de l'euthanasie a été votée par le Parlement portugais. Cela ouvre la voie à une légalisation dans le pays.

C’est un pas de plus vers la légalisation de l’euthanasie. Le Parlement portugais vient d’adopter ce jeudi 20 février en première lecture cinq propositions de loi en faveur de la dépénalisation de l’euthanasie. Le texte soumis par le Parti socialiste, au pouvoir, qui détermine « les conditions spéciales pour la pratique de l’euthanasie non punissable », a été approuvé avec 127 voix pour, 86 voix contre et dix abstentions, sur un total de 230 sièges. La mort médicalement assistée, l’accompagnement de fin de vie et la sédation seront désormais autorisés.

Le Portugal, pays d’Europe pionnier en la matière

Le Premier ministre socialiste Antonio Costa, conforté par les élections d’octobre dernier, s’est déclaré favorable à l’euthanasie. Une position également partagée par le chef de l’opposition de droite, Rui Rio.

Le débat au Portugal n’est pas nouveau. Il y a deux ans, le Parlement avait rejeté l’euthanasie à une très courte majorité. Les opposants à cette dépénalisation étaient nombreux. En tête de liste, l’Église catholique avait un poids considérable : 90% des 10 millions de Portugais se disent catholiques.

L’Église avait appelé à manifester devant le Parlement pendant l’examen des différents textes, avec le soutien d’une partie des députés de droite et aussi du Conseil national d’éthique.

Aujourd’hui, en Europe, le Portugal fait partie des pays pionniers en matière de dépénalisation de l’euthanasie. Ce n’est pour l’instant le cas que dans les trois pays du Benelux : les Pays-Bas depuis 2001, la Belgique depuis 2002 et le Luxembourg depuis 2009. Des pays où le poids de l’Église, et en particulier de l’Église catholique, est nettement plus faible.