Fusillades en Allemagne : Merkel dénonce le « poison du racisme »

Neuf personnes sont mortes dans deux attaques survenues mercredi soir dans des bars à chicha à Hanau, près de Francfort. Le parquet anti-terrorisme s'est saisi et soupçonne une « motivation xénophobe ». Suivez avec nous l'évolution de la situation au cours de la journée.

Ce qu’il faut retenir :

  • Neuf personnes sont mortes dans deux fusillades qui ont visé des bars à chicha à Hanau, près de Francfort.
  • L’auteur présumé des faits a été retrouvé mort à son domicile par la police, qui a aussi mis la main sur une lettre d’aveux et une vidéo qui témoignent d’une « haine des étrangers et des non-blancs ».
  • Le parquet anti-terrorisme est saisi et soupçonne une « motivation xénophobe ».

Drame en Allemagne. Neuf personnes ont été tuées mercredi soir dans deux fusillades à Hanau, près de Francfort, dans le centre du pays. Le parquet anti-terrorisme s’est saisi de l’enquête jeudi matin et soupçonne une « motivation xénophobe ».

Les attaques sont survenues vers 22h mercredi et ont visé des bars à chicha. Le tireur, un banquier de 43 ans, est arrivé vers 22h devant le premier bar à chicha, le Midnight, au cœur de Hanau. Il s’est ensuite dirigé en voiture dans un autre quartier. Le tueur aurait sonné à la porte de l’Arena Bar et tiré sur des personnes présentes dans la zone fumeur, tuant cinq personnes d’origine kurde, selon le quotidien allemand le Bild.

« Poison »

Quelques heures après les faits, la police allemande a retrouvé l’auteur présumé des faits mort à son domicile, au côté d’un autre cadavre, celui de sa mère âgée de 72 ans. Les policiers ont aussi mis la main sur une lettre d’aveux et une vidéo. D’après Peter Neumann, journaliste et universitaire allemand spécialiste du terrorisme, il s’agit d’un « manifeste de 24 pages » qui témoignent d’une « haine des étrangers et des non-blancs ».

« Il appelle à l’extermination de plusieurs pays en Afrique du Nord, au Proche-Orient et en Asie centrale » avec des termes « explicitement eugénistes », précise l’universitaire dans un thread.

Extrême-droite

La chancelière Angela Merkel a dénoncé le « poison » du racisme et de la haine en Allemagne. « Ce poison existe dans notre société, des actes de la NSU jusqu’au meurtre de Walter Lübcke et aux assassinats de Halle. » Le NSU, groupe terroriste national-socialiste, a mené une série de meurtres et d’attentats entre 2000 et 2011. Plus récemment, en juin dernier, l’élu conservateur pro-migrants Walter Lübcke a été assassiné en juin dernier. En octobre, enfin, une attaque visant une synagogue a fait deux morts.

Les autorités allemandes sont inquiètes de la résurgence d’un terrorisme d’extrême-droite. Vendredi 14 février, douze membres d’un groupuscule d’extrême-droite ont été arrêtés et placés en détention, soupçonnés d’avoir planifié des attaques de grande ampleur contre des mosquées.

L’association Ditib, principale organisation de la communauté turque musulmane d’Allemagne, a demandé plus de protection pour ses fidèles qui ne « se sentent plus en sécurité ».

« Les victimes sont des gens que nous connaissons depuis des années », a réagi le fils du gérant du deuxième bar auprès d’une agence de presse allemande. « C’est un choc pour tout le monde. » Selon lui, deux employés figurent parmi les victimes. Le maire de Hanau Claus Kaminsky (social-démocrate) a évoqué une « soirée terrible, qui nous hantera certainement pendant très, très longtemps ».