Réforme des retraites : des manifestants racontent pourquoi ils se sont mobilisés

A l'occasion de la dixième journée de grève interprofessionnelle, près de 8 000 manifestants se sont rassemblés ce jeudi dans la capitale pour protester contre la réforme des retraites. Retrouvez, en images, les revendications de ces militants issus d'horizons divers.

Alors que le projet de réforme des retraites poursuit son examen à l’Assemblée nationale, les syndicats mobilisés contre le texte ont organisé, ce jeudi, une dixième journée interprofessionnelle de manifestations. Avocats, lycéens, Gilets jaunes, retraités… A Paris, ils étaient près de 7800 manifestants à défiler dans les rues. Mais que réclamaient-ils?

«On manifeste aujourd’hui pour nos enfants, petit-enfants, et même arrières petits-enfants qui ne se mobilisent pas. Ils ont l’impression que la retraite est loin mais la réforme et ses conséquences dramatiques qui mèneront à la précarité seront visibles plus vite qu’on ne le pense. On a défendu notre retraite en 1995 et on continuera aujourd’hui, jusqu’au retrait pur et simple. Même si ça n’est pas pour nous. »

Danièle et Vladimir

«Cette réforme est désastreuse pour les avocats car elle va doubler les cotisations pour tous ceux qui gagnent moins de 40 000 euros par an, et nous forcer à travailler beaucoup plus. On continuera à faire grève autant qu’il le faudra, mais ça commence à devenir difficile car ça empêche la justice de fonctionner correctement, en ralentissant le traitement des affaires. Macron doit céder et retirer sa réforme».

Roger, avocat au barreau de Seine-Saint-Denis

«Je suis en colère contre de nombreuses réformes de Macron qui touchent les jeunes. Les e3C vont détruire notre système du bac. Moi, je suis en terminale, donc j’y échappe de justesse. Mais pour les autres, ça va être terrible. Ensuite, le service national universel, c’est juste fait pour nous endoctriner. Et puis, le clou du spectacle, la réforme des retraites, signe tout simplement la destruction de notre avenir.»

Baptiste, 17 ans

«A chaque manifestation, j’enfile un costume différent. Aujourd’hui, je suis déguisé en Louis XVI car Macron se prend pour le roi et méprise son peuple avec ses réformes dont on ne veut pas. Seulement, le roi, il s’est fait couper la tête pendant la révolution française, et aujourd’hui la révolution est en marche, alors il devrait se méfier. »

Michel

«Cette réforme va transformer notre système de retraite solidaire en un système de chacun pour soi, comme c’est le cas aux Etats-Unis, où les personnes âgées vivent avec des fonds de pension misérables. On ne pourra plus avoir de parcours de vie cabossé. Et, le fait que la réforme ne touche que les gens nés après 1975 est absurde. On ne peut pas laisser Macron nous diviser.»

Anne, sociologue

 

«On défile avec un drapeau de pirate pour dénoncer le pillage des caisses de l’Etat par l’oligarchie. On veut retrouver notre souveraineté non pas par les urnes, mais avec un référendum d’initiative citoyenne comme on l’a écrit dans les cahiers de doléances du gouvernement, sans être écoutés au final. Alors, aujourd’hui, on réclame une VIe république. Tant qu’on n’aura pas tout ça, on continuera de descendre dans la rue.»

Luis, Gilet jaune

«Je suis Gilet jaune depuis le début des manifestations. Mais avec les dernières réformes, mes convictions se sont encore renforcées. Je déteste Macron qui donne des avantages fiscaux uniquement aux plus riches, et laisse de côté les gens comme nous. Je me bats pour avoir le droit à la retraite pour laquelle j’ai cotisé depuis que j’ai commencé à travailler, tout simplement.»

Moustapha, Gilet jaune