Roger Stone, ancien conseiller de Donald Trump, condamné à 40 mois de prison

Roger Stone, le conseiller et ami de Donald Trump, a été condamné à 40 mois de prison pour avoir menti lors de l'enquête sur l'ingérence russe.

Roger Stone, l’ancien conseiller et ami de Donald Trump, été condamné ce jeudi 20 février à trois ans et quatre mois de prison pour entrave à la bonne marche du Congrès, parjure et subornation de témoin, dans le cadre de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur les interférences russes dans l’élection présidentielle de 2016.

Les procureurs déjugés la semaine dernière

La semaine dernière, les procureurs avaient requis entre sept et neuf ans de prison contre le consultant politique de 67 ans. Mais Donald Trump avait dans la foulée dénoncé une « erreur judiciaire » et laissé planer le doute quant à une amnistie présidentielle pour Roger Stone. Le lendemain, le ministère de la Justice avait à son tour jugé la recommandation « excessive » et suggéré une sentence comprise entre trois et quatre ans de détention. Désavoués par leur hiérarchie, les quatre procureurs fédéraux s’étaient retirés de l’affaire.

Ce jeudi, les recommandations du ministère de la Justice ont donc bien été suivies par la juge fédérale, Amy Jackson. « Il n’a pas été poursuivi, comme certains l’ont dénoncé, pour avoir défendu le président. Il a été poursuivi pour avoir couvert le président », a‑t-elle déclaré après le prononcé de peine, se félicitant que « la vérité existe et importe toujours ».

Roger Stone a été reconnu coupable d’avoir exercé des pressions sur des témoins et menti au Congrès sur ses contacts avec l’organisation WikiLeaks, au sujet d’e-mails démocrates piratés lors de la campagne présidentielle de 2016. Clamant son innocence, il soutient que des membres du jury étaient «partiaux ». Il n’a pas été immédiatement incarcéré jeudi au prononcé de sa peine à Washington.