Coronavirus : les entreprises et secteurs les plus touchés reçus à Bercy

Le gouvernement, les syndicats patronaux et les acteurs des principales filières concernées cherchent à anticiper les conséquences de l'épidémie.

(avec AFP)

Bran-le-bas au ministère de l’Economie et des Finances vendredi  21 février. Le gouvernement reçoit les représentants des entreprises et des différents secteurs économiques les plus touchés par le coronavirus afin de faire le point sur les conséquences de l’épidémie.

LIRE AUSSI : Coronavirus: défilé Chanel, Salon du mobile à Barcelone, Marathon de Tokyo… Annulation d’événements en série

Cette réunion au format «très large» rassemble, autour du ministre de l’économie Bruno Le Maire et de sa secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher, les organisations patronales (Medef, U2P, etc.) et des représentants de nombreuses filières, comme celles de la santé, du bois, de l’automobile, du luxe, de l’agroalimentaire, de la mer, du nucléaire ou du ferroviaire.

L’objectif est «d’écouter tous ces représentants sur d’éventuelles difficultés aujourd’hui, mais surtout demain ou après-demain» et également de voir comment ils «anticipent des difficultés si (l’épidémie) continue», a expliqué le ministère. Le virus Covid-19 est apparu fin janvier dans la province du Hubei en Chine, où de nombreux grands groupes internationaux possèdent des usines. Pékin a mis en place des mesures de confinement et de quarantaine, paralysant ainsi l’activité économique des usines du pays, alors que le virus a déjà contaminé environ 75 000 personnes et entraîné le décès de plus de 2 100 personnes.

Baisse de chiffre d’affaire en prévision

Des conséquences se font déjà sentir pour de nombreuses entreprises françaises, qui sont présentes en Chine ou dont le pays est un maillon essentiel de la chaîne de production. Jeudi 20 février, le groupe d’équipements et services à l’énergie Schneider Electric a ainsi indiqué que son usine de Wuhan, épicentre du virus, n’avait pas redémarré, tandis que le groupe hôtelier Accor a souligné que 200 de ses hôtels en Chine et à Hong Kong avaient une activité à l’arrêt.

LIRE AUSSI : Un avion rapatriant 28 Français en route pour le France

Les entreprises françaises en Chine s’attendent à une forte baisse de leur chiffre d’affaires. D’après une enquête de la Chambre de commerce française en Chine et de l’ambassade de France auprès de 466 dirigeants d’entreprise, 61% d’entre eux s’attendent à une baisse du chiffre d’affaires pouvant aller jusqu’à 50% au premier semestre. Les entreprises de services sont plus pessimistes que celles qui sont actives dans l’industrie: 18% d’entre elles s’attendent à une baisse de 80% du chiffre d’affaire. contre seulement 9,5% pour les entrepreneurs industriels. Les mesures radicales prises par la deuxième économie mondiale pour combattre le virus ont désorganisé le pays et entraîné une forte chute de la consommation, beaucoup d’habitants choisissant de rester à la maison afin d’éviter tout risque de contagion.

VOIR AUSSI : Coronavirus : Bientôt la fin du calvaire pour les passagers du paquebot infecté