Lesotho : le premier ministre inculpé pour meurtre, a quitté le pays pour l’Afrique du Sud

L'entourage de Thomas Thabane a déclaré que le Premier ministre était « parti » pour des raisons médicales en Afrique du Sud. Thomas Thabane devait se rendre vendredi 21 février au tribunal, il est inculpé pour le meurtre de son ex-femme.

(Avec AFP)

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane ne se présentera pas, comme prévu, devant la justice vendredi 22 février, où il devait être officiellement inculpé du meurtre de sa précédente épouse, car il est « parti » en Afrique du Sud pour raisons médicales, a annoncé son secrétaire personnel.

« Il ne vient pas au tribunal, il est parti pour un contrôle médical en Afrique du Sud », a déclaré à l’AFP son secrétaire, Thabo Thakalekoala, précisant que Thomas Thabane, âgé de 80 ans, était arrivé jeudi en Afrique du Sud voisine. « C’est un contrôle de routine. Il va régulièrement en Afrique du Sud », a ajouté Thabo Thakalekoala. « Quand les médecins estimeront qu’il va bien, ils le laisseront partir », a‑t-il encore dit.

Thomas Thabane est arrivé en Afrique du Sud le jour même où la police du Lesotho annonçait qu’il allait être inculpé officiellement pour le meurtre de sa précédente épouse en 2017. Il était convoqué vendredi devant le tribunal de Maseru pour se voir notifié formellement son inculpation. Il a quitté le pays avant.

Cette affaire de meurtre au sommet de l’Etat ébranle le petit royaume du Lesotho, à l’histoire politique instable. La précédente épouse du Premier ministre, Lipolelo Thabane, a été assassinée le 16 juin 2017 alors qu’elle rentrait chez elle en voiture dans la capitale Maseru. Le couple était en instance de divorce. Deux mois plus tard, Thomas Thabane a convolé en justes noces avec Maesaiah Thabane, âgée aujourd’hui de 43 ans.

L’enquête sur le meurtre de Lipolelo Thabane a piétiné pendant deux ans. Mais depuis quelques semaines, c’est coup de théâtre sur coup de théâtre. L’épouse actuelle du chef de gouvernement a été inculpée début février du meurtre de sa rivale. Elle est actuellement en liberté sous caution.

Devant ce chaos, le parti de Thomas Thabane, la Convention de tous les Basotho (ABC), fait pression depuis des semaines sur le Premier ministre pour qu’il démissionne. Jeudi, lors d’une allocution à la radio et télévision publique du Lesotho, le chef de gouvernement a annoncé qu’il quitterait son poste d’ici « fin juillet ».