Confinement : trois télétravailleurs sur dix estiment que leur santé physique et psychologique est dégradée

Après sept semaines de confinement, trois télétravailleurs sur dix estiment que leur santé psychologique et leur santé physique se sont dégradées, selon un sondage CSA pour Malakoff daté du mercredi 6 mai.

Si «la moitié» des télétravailleurs confinés «expérimente cette forme de travail pour la première fois», ceux qui l’avaient déjà essayé sont moins épanouis dans leur travail: leur «note de satisfaction» est passée de 9 en 2019 à 8,3 sur 10 pendant le confinement.

L’enquête, réalisée auprès d’un échantillon de 1.010 travailleurs d’entreprises du secteur privé d’au moins 10 salariés, montre également que 28% des télétravailleurs déplorent une augmentation de leur charge mentale et «des tensions avec leur entourage familial». D’autres notent une détérioration de leur qualité de sommeil (29%) et de leur alimentation (26%).

La motivation en baisse

Trois salariés interrogés sur dix affirment que «le contexte particulier de télétravail contraint» causé par le Covid-19 a un «impact négatif» sur leur charge de travail (33%) et sur leur motivation (30%). À cette baisse d’énergie s’ajoute «une dégradation de la qualité du lien social» avec leurs collègues et managers (39%), difficile à maintenir avec la distance.

Les télétravailleurs avec enfants sont ceux pour qui la situation est la plus compliquée à gérer. La moitié ressent «des difficultés à assurer le travail à distance tout en devant s’occuper de leurs enfants» (47%).

Malgré ces inquiétudes, près de six nouveaux télétravailleurs sur dix envisagent de «demander à pratiquer le télétravail après le confinement, de manière régulière ou ponctuelle». Un tiers d’entre eux pensent d’ailleurs que la crise sanitaire «va modifier la position de leur entreprise vis-à-vis du télétravail».

Depuis le début de la pandémie, près de 40% des Français ont adopté le télétravail, selon une enquête réalisée en avril par l’Association Nationale des directeurs des ressources humaines. Une expérience inédite, qui érige l’année 2020 comme une «année de l’expérience forcée du télétravail» pour beaucoup d’entreprises qui le repoussaient jusqu’alors.