Récession économique historique en prévision pour l’UE

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Union européenne devrait chuter de 7,3% en 2020, selon les prévisions de la Commission Européenne publiées mercredi 6 mai. Une récession économique sans précédant depuis sa création.

En cause : les moteurs habituels de croissance (consommation, production, investissement, exportations) à l’arrêt, en proie eux aussi à la pandémie mondiale de Covid-19.

La moyenne des dix-neufs pays de la Zone Euro est plus sombre encore (-7,7%), compte tenu du poids que représente les pays du Sud. La Grèce (-9,7%), l’Italie (-9,5%) et l’Espagne (-9,4%), tout trois très dépendant du tourisme, arrivent ainsi en tête du sinistre classement. Au contraire, l’Allemagne s’en tirerait mieux que la moyenne (-6,5%), ce qui aggraverait les divergences économiques entre les pays du Nord et du Sud de l’Europe.

Pour la France, la Commission européenne calcule une récession de 8,2% de son PIB, là où le gouvernement tablait sur une baisse de 8% il y a trois semaines. Un bilan qui s’aggrave de jour en jour, et oblige le gouvernement à changer sa feuille de route pour adapter son budget 2020.

Un rebond (insuffisant) en 2021

Les prévisions de la Commission s’appuient sur la poursuite progressive des mesures de déconfinement durant le mois de mai. «Une pandémie plus grave et plus longue qu’envisagé pour l’instant pourrait causer une chute de PIB plus grande», prévient la Commission.

Les économistes parient sur un rebond de l’économie en 2021, avec une croissance de 6,3% attendue pour la Zone euro. Cette reprise ne suffira cependant pas à éponger les pertes, et dépendra de l’évolution sanitaire et des politiques de stabilisation qui seront mises en place.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoyait à la mi-avril une récession mondiale de 3% en 2020, regrettant «crise qui ne ressemble à aucune autre».