Coronavirus : Le PS au secours du secteur touristique

En France, première destination touristique mondiale, les vacances d’été risquent d’être confinées. Dans ce contexte, le PS a publié un document regroupant 34 propositions pour aider ce secteur.

« Il est trop tôt pour dire si on pourra avoir des vacances cet été ». La déclaration faite mardi 5 mai par le président Emmanuel Macron inquiète les professionnels du secteur du tourisme qui représente 7 % du PIB en France. Dans ce contexte, le PS a publié un document regroupant 34 propositions pour aider ce secteur jeudi 7 mai. Articulé en trois volets, leur plan se veut une « boîte à outils », selon le député de l’Ardèche Hervé Saulignac.

Les élus PS proposent notamment « une annulation de l’impôt sur les sociétés, de la taxe sur les salaires et des cotisations sociales (hors cotisations salariales) sur la période allant du 15 mars au 31 décembre 2020 » pour les cafés, restaurants ou hébergements touristiques.

Pour aider les professionnels à la relance au moment du déconfinement, ils plaident pour un accès aux chèques-vacances pour les indépendants, artisans et retraités, via leurs caisses de retraite. Et dans le dernier volet concernant le  « tourisme d’après », ils suggèrent de « favoriser la création d’un « Airbnb France ».

Dans les mesures d’urgence, ils proposent aussi d’élargir l’accès au fonds de solidarité pour aider les professionnels du tourisme, ce fonds de solidarité a été mis en place pour les TPE de moins de 20 salariés. Les assureurs y ont contribué à hauteur de 400 millions. Un montant insuffisant pour les syndicats mais aussi pour le gouvernement.

Le gouvernement espère trouver un accord au terme d’une réunion programmée le 11 mai, « faute de quoi la voie législative serait une option sérieuse », a indiqué cette semaine Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du tourisme. Le 14 mai, des mesures d’aides spécifiques de soutien au secteur doivent être annoncées, au terme d’un comité interministériel consacré au tourisme.