Réouverture des crèches : Les pédiatres se veulent rassurants

A deux jours de la réouverture des crèches, l’Association française de pédiatrie ambulatoire considère qu’il n’y a pas à s’inquiéter du Covid-19 chez les nourrissons.

« Nous, les pédiatres, sommes particulièrement rassurants parce qu’il n’y a pas eu épidémies dans les crèches avant l’application des mesures barrières.» nous explique Fabienne Cochert, présidente de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). « Les nourrissons n’ont pas été particulièrement malades et n’ont pas contaminé des adultes. » soutient-elle.

Selon les données actuelles, les enfants (moins de 18 ans) infectés ne représentent qu’1 à 5% des cas rapportés dans le monde. Et ils présentent majoritairement des formes asymptomatiques ou peu graves. Le dernier point hebdomadaire de Santé Publique France, fait état de 24 cas graves de COVID-19 admis en réanimation [sur…] pour les enfants de moins de 14 ans entre le 16 mars et le 3 mai 2020 en France.

Pourtant, dans le guide de déconfinement des crèches publié par le Secrétariat d’État de Christelle Dubos, ce 6 mai, des mesures de sécurité très strictes sont imposées aux établissements d’accueil des enfants. Elle peuvent s’avérer difficiles à appliquer, nous explique le Dr Fabienne Cochert. « Notre gouvernement annonce d’un coté la réouverture des crèches et des écoles et après nous avons un conseil scientifique qui nous met en place des mesures drastiques qui sont pratiquement inapplicables sur le terrain ».

Le guide indique notamment que les parents ne pourront plus pénétrer dans l’espace d’accueil des enfants. Ils devront s’efforcer de confiner les doudous et tétines à la maison. Les professionnels eux, devront s’assurer que des mesures de distanciation d’1m minimum sont prévues lors des siestes et des repas.

« Le covid ce n’est pas une pathologie pédiatrique »

« Au début de l’épidémie on a trouvé du covid chez des nourrissons hospitalisés pour bronchiolite, explique Fabienne Cochert, mais ils avaient aussi la grippe ou un autre virus. Ils est donc difficile de savoir l’agent infectieux en cause..»

L’une des consignes du guide prévoit une attention accrue à ces nourrissons présentant des facteurs de risque : « Les enfants de moins de trois ans doivent faire l’objet d’une attention toute particulière. Cette attention doit être renforcée pour les nourrissons de moins d’un an et particulièrement pour ceux de moins de six mois présentant des facteurs de risque (…) Dans ce cas, l’accueil de l’enfant se fait sur avis de son médecin traitant. »

Pour Fabienne Cochert il s’agit simplement de mesures de précautions  : « Il y a plus de nourrissons dans les services de réanimation pour une bronchiolite que pour le covid, analyse-t-elle. La bronchiolite ou même la coqueluche qui circulent beaucoup dans les crèches n’ont jamais empêché leur ouverture.»