Coronavirus : la Russie devient le deuxième pays le plus touché au monde en terme de contamination

Avec plus de 230 000 cas de contamination, la Russie passe devant l'Espagne et le Royaume-Uni.

Après les Etats-Unis, la Russie. Les autorités russes ont fait état mardi 12 mai de 10 899 cas supplémentaires, portant le total enregistré depuis le début de l’épidémie à 232 242. La Russie dépasse ainsi l’Espagne et le Royaume-Uni, qui ont enregistré respectivement 228 030 et 223 060 cas. Le pays compte 2 116 morts, ce qui la place bien loin des niveaux enregistrés par les Etats-Unis, l’Espagne ou le Royaume-Uni.

Difficile toutefois de comparer ces diverses situations épidémiques : les politiques de dépistages diffèrent selon les pays, tout comme la densité de population. Cette augmentation spectaculaire s’explique, selon les autorités russes, par leur récente politique de dépistage massif. Avec ses 5,8 millions de tests pratiqués, le ministère de la Santé russe et l’agence sanitaire Rospotrebnadzor se targuent d’être «à la 2e place mondiale en nombre de tests», rapporte Le Figaro. Mais l’absence de transparence du comptage fait craindre un nombre de cas bien plus important.

Le Kremlin de plus en plus exposé

Le déconfinement, progressif et régionalisé a commencé ce mardi après que le président Vladimir Poutine a ordonné la fin de six semaines chômées obligatoires en Russie. Moscou, principal foyer épidémique du pays avec la moitié des cas recensés, restera en revanche confiné au moins jusqu’au 31 mai.

Le virus circule bel et bien sur le territoire russe, et le Kremlin n’est pas épargné. Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a annoncé ce mardi aux agences de presse russe être contaminé par le covid-19. “Oui, je suis malade. Je reçois un traitement”, a‑t-il précisé. Il s’agit du cinquième personnage du cercle proche de Vladimir Poutine à être diagnostiqué positif : le Premier ministre Mikhaïl Michoustine, avait annoncé sa contamination fin avril, suivi par la ministre de la Culture, Olga Lioubimova, début mai, puis du ministre de la Construction, Vladimir Iakouchev, et de l’un de ses principaux collaborateurs. Vladimir Poutine, isolé dans sa résidence serait, quant à lui, en bonne santé. Le Kremlin assure que sa santé fait l’objet d’une surveillance rigoureuse.