Inégalité des primes aux soignants : des représentants des Hauts-de-France interpellent le gouvernement

Au sein de la région des Hauts-de-France, des soignants toucheraient 1500 euros, mais d'autres seulement 500. Face à ces inégalités de traitement, des élus sont montés au créneau.

La déception est de taille : la prime exceptionnelle promise aux soignants en première ligne face à l’épidémie de covid-19 serait de 500 euros et non pas de 1500 euros dans certains départements “rouges”. Les présidents des conseils départementaux du Nord, du Pas-de-Calais, et de la région des Hauts-de France ont interpellé le gouvernement sur l’attribution inégalitaire de ces mesures de “reconnaissance”. Dans une lettre rendue publique mardi 12 mai, Jean-René Lecerf , du Pas-de-Calais, Jean-Claude Leroy (PS), et Xavier Bertrand (ex LR), président des Hauts-de-France interpellent Olivier Véran, ministre de la Santé.

“La solidarité des soignants entre départements des Hauts-de-France a été essentielle”, rappelle Xavier Bertrand dans un courrier, poursuivant : “cette différence de traitement (…) est incompréhensible”. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais ne figureraient pas sur la liste des 33 départements éligibles au précieux sésame, contrairement à l’Oise, la Somme et l’Aisne. Pourtant, tous sont colorés de rouge sur la carte du déconfinement tenue par les autorités.

Un problème “réglé” selon Martine Aubry

La décision n’a pas manqué de susciter des réactions politiques. Martine Aubry, maire de Lille (PS), a expliqué à l’AFP s’être “émue ce week-end de cette possible différence de traitement” entre les différents personnels soignants. L’édile a expliqué avoir appelé “directement Olivier Véran”, qui lui aurait assuré que “le problème était réglé”. Xavier Bertrand, président de la région aurait été tenu au courant de cet appel.