La restauration réclame une TVA à 5,5% pour soutenir le secteur

Un quart des établissements pourraient ne pas survivre à la crise, estime le collectif de restaurateurs à l’origine de la lettre ouverte.

 

Leurs portes toujours closes, les gérants de restaurants sont dans l’inquiétude. Au moyen d’une lettre ouverte, ils demandent l’abaissement de la TVA à 5,5%. Une mesure mise de côté mardi par Jean-Baptiste Lemoyne. Selon Le Figaro, le secrétaire d’Etat en charge du tourisme privilégie « le prolongement des dispositifs » mis en place pour alléger les charges des restaurateurs.

Une batterie de « mesures d’urgence temporaire »

« Le plus difficile est à venir », s’alarment les 80 signataires de la lettre, initiée par le magnat Olivier Bertrand, président du groupe Bertrand – qui possède les chaînes Burger King, Léon de Bruxelles ou encore Hippopotamus. Tous redoutent l’effondrement de leur chiffre d’affaires dû « aux mesures sanitaires, à la baisse du pouvoir d’achat, [et] à l’absence de touristes sur le sol français ». Parmi les « mesures d’urgence temporaires » ils sollicitent également le maintien du chômage partiel, l’exonération des charges patronales ainsi qu’une adaptation du montant du loyer « en fonction de l’activité réelle » jusqu’à la fin de l’année.

Un plan d’aide spécifique au tourisme sera présenté ce jeudi par le gouvernement. Il devrait préciser le protocole nécessaire pour accompagner la réouverture des restaurants, prévue début juin.