À Lille, les bars se replient sur la vente d’alcool à emporter

Pour contourner la fermeture des terrasses, quelques bars et restaurants se sont lancés dans la vente d'alcool à emporter ou en livraison. Une manière pour eux de continuer leur activité malgré la crise.

À Lille (Nord), le restaurant avait baissé le store le 17 mars. Et puis, les badauds continuant de défiler devant l’établissement, le gérant a eu une idée. Comme de nombreux commerçants de la ville, La Guinguette a commencé à reprendre son activité début mai, avant même la levée progressive des interdictions de déplacement.

“On a commencé par proposer des plats à emporter, puis on a ouvert ce que j’appelle la buvette, où l’on vend des bières, du vin”, confirme le gérant. Alors que la fermeture liée à l’épidémie de covid-19 met à mal les bars et restaurants pour qui le printemps est économiquement capital, certains lieux ont profité de la période de confinement pour se lancer dans la vente de boissons à emporter ou en livraison.

 

Nouveauté de la semaine : the burger maison! On garde la gourmandise du welsh et la fraîcheur du chirashi 🤤…

Publiée par La Guinguette sur Dimanche 10 mai 2020

“Je suis allé boire un coup samedi soir malgré le confinement, confirme Thomas. On a acheté notre bière à la guinguette, puis on s’est posé au soleil pendant 2/3 heures”, explique-t-il, ravi, assurant ne pas avoir croisé de policier.

Des cocktails à emporter

À seulement quelques mètres de là, le bar à Cocktail, le Quai des Bananes, propose ses cocktails en livraison ou à emporter depuis le 2 avril. “Il fallait qu’on conserve une activité, déjà d’un point de vu économique. Il fallait que l’on puisse payer nos charges et nos fournisseurs, explique Rémy Dauchy, co-gérant du Quai des BananesAussi nous sommes habitués à travailler plus de 50 heures par semaine. Ne plus rien faire du jour au lendemain c’était difficile. C’est aussi un peu pour nous qu’on a décidé de se lancer là dedans”, rajoute-t-il.

HEY LES BANANES 🍌♥️Après votre enthousiasme de la semaine dernière, nous ne pouvions pas ne pas faire suite à vos…

Publiée par Quai Des Bananes Lille sur Jeudi 9 avril 2020

Pour la livraison, les clients peuvent passer par les plateformes de livraisons classiques, comme UberEats ou Deliveroo, qui prennent une commission de 35% sur chaque commandes. “Sur un cocktail à 10€, il ne nous reste plus grand chose, regrette Rémy. D’autant plus que depuis le début du confinement, le prix des matières premières ont augmenté. Ça réduit beaucoup nos marges”. Le Quai des Bananes s’est alors inscrit sur le site Je soutiens mes commerçants. Une plateforme destinée aux commerçants lillois, pour les mettre en relation avec leurs clients en cette période d’épidémie. Leur activité pendant le confinement a permis au Quai des Bananes de limiter la casse : “on a pu assurer un tiers de notre chiffre d’affaire habituel”, détaille-t-il.

Le “Quai des bananes” livre ses cocktails directement à la maison © Quai des bananes

Quelques problèmes avec la police

Quid de la légalité de ces opérations ? “On a eu un contrôle de police il y a quelques jours, raconte RémyIls ont essayé de faire cesser notre activité parce qu’on ne vendait pas des produits de première nécessité”. Pourtant l’arrêté du 14 mars pris par le ministère de la Santé pour lutter contre la propagation du Covid-19, indiquait que “restaurants et débits de boissons ne peuvent pas accueillir de public, sauf pour leurs activités de livraison et de vente à emporter”. “On était dans notre droit donc ils nous ont finalement laissé tranquille”, affirme Rémy.

Même son de cloche du côté de La Guinguette, qui assure également avoir eu un contrôle de police il y a quelques jours. “Après quelques discussions, ils nous ont finalement recommandé de demander aux clients de ne pas se rassembler devant le restaurant, indique le gérant du restaurant. On n’a également pas le droit d’ouvrir les bouteilles nous-même”.  Contactée, la préfecture du Nord rappelle sobrement que “la vente d’alcool à emporter est autorisée pour les détenteurs d’une licence idoine ou d’une licence de débit de boisson”.

Une initiative en danger ?

Maintenant que le déconfinement a été décrété, ces opérations pourraient être perçues par les autorités comme un moyen de favoriser les regroupements de personnes. Ce qui pourrait mettre les bars en danger. “J’ai vu qu’à Paris ils avaient interdit la consommation d’alcool sur les berges. J’espère que ça n’arrivera pas à Lille”, soupire au téléphone le gérant de La Guinguette.

“Nous on vend nos boissons, on est dans notre droit, après ce sont aux clients de faire attention, se défend Rémy. La semaine dernière, on a préparé une commande avec 11 cocktails. On se doutait bien qu’ils ne seraient pas deux à boire”, s’amuse-t-il. “Chacun fait en son âme et conscience. On laisse les magasins vendre de l’alcool, je ne vois pas pourquoi on interdirait aux bars de le faire”.