Déconfinement : 3 règles à respecter si vous prenez le train et l’avion

À l'arrêt depuis le début du confinement, le trafic ferroviaire et aérien reprend progressivement du service depuis lundi 11 mai 2020.

Le trafic dans les transports reprend progressivement. Depuis le lundi 11 mai 2020, les trains et les avions sont de nouveau en marche de manoeuvre.

  • Port du masque obligatoire

Le port du masque devient presque systématique quand il s’agit d’aller à l’extérieur. Les transports en commun n’échappent à l’équation. En train, comme en avion, tous les passagers sont tenus de porter un masques. Plus largement, le port du masque est également obligatoire dans les aéroports ou encore dans les navettes. Pour ceux qui n’en possèdent pas, des masques sont distribués gratuitement dans de nombreuses gares de la capitale notamment.

 

  • Respecter une distance physique

Du côté des trains, les wagons ne pourront pas afficher complets. Le secrétaire d’Etat aux Transports a annoncé que le taux de remplissage des TGV et des trains longue distance serait « bloqué » à 60 % de leur capacité maximum. Un chiffre qui correspond au “niveau d’équilibre économique, a indiqué Jean-Baptiste Djebbari sur France Inter,  ce qui permet à la fois de faire la sécurité sanitaire et de ne plus perdre trop d’argent pour les TGV ».

Dans les avions en revanche, aucun taux de remplissage maximal n’a été fixé par le gouvernement. Une différence avec le train qui s’explique par la capacité de filtrage de l’air dans les avions, selon les constructeurs Airbus et Boeing. Ils estiment à 30 % l’air de la cabine renouvelé tout au long du vol et à 70 % l’air recyclé. Ce filtrage permettrait une moindre contamination à l’intérieur de l’habitacle. Les passagers peuvent-ils se retrouver assis côte à côte lors d’un trajet ? Peu de chance que cela arrive, explique l’exécutif, en raison du faible remplissage des avions en cette période, d’ ”environ 50%”.

  • Jamais sans mon attestation !  

Dans les trains, l’attestation est obligatoire à partir d’un déplacement de plus de 100 kilomètres à vol d’oiseau. Elle doit être accompagnée d’un justificatif de domicile ainsi que tout document attestant du motif du déplacement.

Les passagers aériens devront eux se munir d’une attestation sur l’honneur dans laquelle ils assurent ne pas présenter de symptômes du Covid-19. Les agents pourront recourir à une prise de température des passagers, par précaution. À défaut, l’accès à l’avion pourra être refusé.