Usine Ferrari

Ferrari co-créé le FI5, un nouveau prototype de respirateur

L'écurie italienne Ferrari a développé en un mois deux prototypes de respirateurs à destination des hôpitaux italiens. Prêt à l'essai, ils pourraient selon leurs créateurs, être productibles à bas coût.

En Italie, le secteur automobile tend la main à l’hôpital. La Scuderia Ferrari, branche réservée aux courses de la marque de voitures de sport italienne, a annoncé ce mercredi avoir participé à la mise au point d’un respirateur artificiel qui pourrait être développé à bas coût, dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

Le dispositif, baptisé FI5, a été co-créé par la Scuderia et l’Institut italien de technologie (IIT), avec l’expertise des hôpitaux de Milan et de Gênes.  Il a été développé en seulement un mois, notamment à la demande d’Antonello Forgione, chirurgien à l’hôpital Niguarda de Milan.

Face à la tragique situation de l’épidémie de coronavirus, nous nous sommes trouvés confrontés à un problème de respirateurs, explique t‑il. Tout le monde n’avait pas accès aux besoins essentiels en thérapie intensive.” L’hôpital du chirurgien a contacté Ferrari dans le but d’inventer “une machine que l’on pourrait rendre disponible à tous, en open-source, de façon sûre, efficace et rapide”.

 

 

Des respirateurs “à bas coût”

Deux prototypes ont été conçus et sont prêt pour une phase d’essai. L’IIT cherche des partenaires pour les produire ensuite à plus grande échelle. “Nous pensons que ça peut être fait à très bas coût”, a assuré Giorgio Metta, directeur scientifique de l’IIT.

Bien que la saison de Formule 1 soit à l’arrêt depuis le début du confinements, la Fédération internationale automobile (FIA) a autorisé les activités liées au Covid-19. L’écurie Mercedes, rivale de Ferrari sur les circuits, a d’ailleurs elle aussi aidé à la lutte contre le coronavirus en Grande-Bretagne. Début avril, elle a mis dans le domaine public les plans d’appareils respiratoires, à destination des services de santé.