Le Covid-19 pourrait tuer indirectement jusqu’à 6 000 enfants par jour

L'Unicef alerte sur une possible augmentation catastrophique du nombre de décès infantiles et maternels. La couverture sanitaire des pays pauvres est perturbée par la lutte contre le coronavirus. 

Dans les pays dont le système de santé est déjà fragile, le Covid-19 pourrait avoir des effets dévastateurs sur les enfants. Les mesures mises en place pour lutter contre la propagation du virus pourraient provoquer la mort quotidienne de plus de 6 000 enfants de moins de 5 ans dans 118 pays, selon un communiqué de l’Unicef publié mercredi.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance s’appuie sur trois scénarios réalisés par l’université américaine Johns-Hopkins Bloomberg. La faculté a étudié dans 118 pays les effets possibles d’une diminution des interventions vitales, en raison de la crise, sur les décès infantiles et maternels. 

1,2 million de décès infantiles

Le plus pessimiste des scénarios expose qu’1,2 million d’enfants de moins de 5 ans pourraient mourir dans les six prochains mois, en plus des 2,5 millions attendus chaque semestre. Ils seraient victimes d’une couverture sanitaire perturbée par les moyens engagés contre le coronavirus. 

L’étude publiée dans la revue The Lancet Global Health ajoute que sur la même période, 56 700 décès maternels supplémentaires risquent de s’ajouter aux 144 000 décès actuellement enregistrés tous les six mois, en raison d’une baisse des soins avant et après l’accouchement. 

Nous ne devons pas laisser les mères et les enfants subir les dommages collatéraux de la lutte contre le virus”, alerte Henrietta Fore, Directrice générale d’UNICEF. “De même, nous ne devons pas renoncer aux progrès que nous avons réalisés au cours des dernières décennies pour diminuer les décès infantiles et maternels évitables”. 

Interruption des campagnes de vaccination

Confinement, couvre-feux, interruption des transports, crainte permanente de se faire infecter… Toutes ces mesures de lutte contre le coronavirus font baisser les taux de fréquentation des centres de santé, et par conséquent le nombre d’actes médicaux vitaux. L’interruption des campagnes de vaccination pourrait même avoir empêché la vaccination de 117 millions d’enfants dans 37 pays contre la rougeole. Les chaînes d’approvisionnement de fournitures médicales et denrées alimentaires sont également perturbées. 

L’Asie du Sud serait la région la plus touchée, devant l’Afrique subsaharienne et l’Amérique du Sud avec des bilans particulièrement élevés au Bangladesh, en Inde, au Brésil, en République démocratique du Congo et en Éthiopie.

Pour pallier une possible augmentation catastrophique du nombre de décès infantiles et maternels dans ces régions, l’Unicef lance un appel aux dons. 1,6 milliards de dollars permettraient de soutenir la réponse humanitaire.