Réouverture des plages de La Baule et de Pornichet sur le littoral atlantique

La préfecture de Loire-Atlantique a autorisé aujourd'hui l'ouverture des plages de La Baule et Pornichet, fermées depuis le confinement, pour "l'exercice d'activités dynamiques".

L’été peut démarrer à La Baule et à Pornichet. Le préfet de Loire-Atlantique a annoncé ce mercredi matin avoir permis aux deux communes de rouvrir leurs plages, avec baignade et pêche autorisées.

https://twitter.com/Prefet44/status/1260289775753363457

“Toute présence statique, assise ou allongée”, “ainsi que la pratique du pique-nique” sont en revanche interdites, selon un arrêté préfectoral du 12 mai. Les regroupements de plus de dix personnes, les activités physiques collectives, les “pratiques festives” et la consommation d’alcool sont également interdites sur la plage de La Baule, souvent décrite localement comme la plus plage belle d’Europe.

La promenade, la baignade, la pratique sportive individuelle et la pêche à pied, sont en revanche autorisées par ce même arrêté.

Les mairies de La Baule et de Pornichet doivent afficher les consignes de sécurité à l’entrée et à la sortie des plages et veiller au respect des mesures de “distanciation sociale” (un mètre entre les personnes et cinq mètres entre les groupes).

Éventuelle ouverture d’autres plages et lacs

“L’accès aux plages répond à une nécessité pour maintenir l’attractivité économique et touristique” de ces communes, reconnaît le préfet de Loire-Atlantique. Plusieurs maires réclament la réouverture des plages, fermées depuis le confinement imposé pour la lutte contre l’épidémie de coronavirus, notamment pour permettre aux riverains de faire de l’exercice.

Certaines plages de la Méditerranée à la mer du Nord, en passant par l’Atlantique, pourraient également rouvrir dès ce weekend pour des promenades ou du sport. Toujours sous réserve de l’acceptation par les préfets des dossiers présentés par les municipalités. De son côté, le ministère de l’Intérieur a annoncé jeudi des possibilités d’ouverture au “cas par cas” pour les lacs.