Soixante parlementaires dévoilent leurs mesures pour le “jour d’après”

Les députés ont présenté ce mercredi les résultats d’une consultation menée auprès de 8700 citoyens.

“Santé, sobriété, solidarité et souveraineté” sont pour eux les piliers du “monde d’après”. Une soixantaine de parlementaires ont présenté ce mercredi dans un communiqué d’une cinquantaine de pages leurs trente propositions pour construire la société post-covid-19.

Des mesures issues d’une consultation citoyenne en ligne, lancée le 4 avril par des anciens du parti présidentiel, notamment Paula Forteza et Matthieu Orphelin. La plateforme collaborative, intitulée « Le jour d’après », a récolté selon eux plus de 8700 contributions. Les participants souhaitent revaloriser les métiers de santé et plaident pour une société plus solidaire et écologique. “Il y a une volonté des citoyens que la sortie de crise ne soit pas qu’une relance économique mais un véritable changement de modèle de société”, a estimé Paula Forteza dans les colonnes du Monde.

Revalorisation des salaires des soignants, revenu universel pour tous

Pour soutenir le secteur de la santé, les députés proposent l’ouverture de “200 000 postes supplémentaires en trois ans” dans les Ehpad et les services d’aide à domicile et une revalorisation des rémunérations des soignants de “200 euros par mois”.

Le revenu universel fait partie des mesures phares. L’idée serait d’y venir progressivement, “en commençant par élargir le RSA aux 18–25 ans”. Les députés plaident également pour un “impôt sur le patrimoine exceptionnel” et une révision de l’impôt sur le revenu “pour le rendre réellement progressif”.

Miser sur la transition écologique

Les parlementaires demandent “un grand plan de rénovation énergétique des logements” et une politique volontariste de taxation sur les “emballages inutiles et non recyclables”.

Enfin, un investissement de 10 milliards d’euros en trois ans pour “soutenir les collectivités territoriales dans la transition écologique” est également sur la table des propositions.

L’initiative a été accueillie avec prudence par les parlementaires de la majorité, qui y voit un tremplin pour la constitution d’un neuvième groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. “C’est très corrélé au sujet du neuvième groupe (.…) il y a des intersections, a estimé le chef du groupe LREM Gilles Le Gendre mardi. Mais nous aurions tout intérêt à nous nourrir de toutes les initiatives et des idées qui peuvent surgir.”