A Paris, le Printemps et les Galeries Lafayette fermés jusqu’au 10 juillet

Cette décision fait suite à l'arrêté gouvernemental qui empêche les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrées de rouvrir en Île-de-France. Les syndicats s'inquiètent de ses conséquences sur l'emploi.

 

Les addicts aux shoppings vont devoir s’armer de patience. La préfecture de police de Paris a jugé ce mercredi que la réouverture des Galeries Layette et du Printemps, tous deux situés boulevard Haussmann à Paris, “ne pourrait, dans la situation actuelle, que favoriser la propagation du virus et mettre dès lors en danger la vie de la population.” Les deux enseignes resteront donc fermées jusqu’au 10 juillet, date de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire.

Cette décision fait suite à l’arrêté gouvernemental qui empêche les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrées de rouvrir en Île-de-France. La région est toujours classée en “zone rouge” sur la carte du déconfinement, et reste un haut lieu de la propagation du coronavirus. D’autres arrêtés allant dans le même sens ont été pris concernant les centres commerciaux Aéroville, Beaugrenelle, Forum des Halles et Italie 2, situés à Paris et ses alentours.

Les syndicats inquiets pour les emplois

Dans un communiqué, le syndicat Unsa du Printemps se dit inquiet  “des conséquences de cette mesure pour l’emploi dans les petites et moyennes entreprises du commerce, pour lesquelles les Grands Magasins du boulevard Haussmann sont un vecteur essentiel à leur développement.” Le syndicat entrera dès vendredi “en négociation nationale avec la direction du Printemps et les partenaires sociaux […] pour mettre en place des commissions Covid-19 locales”. Celles-ci veilleront “au déploiement et au respect des mesures sanitaires présentées dans les CSE” et feront évoluer les mesures et pratiques préventives en fonction de l’évolution de l’épidémie.