La peine de Jérôme Cahuzac suspendue pour exercer à l’hôpital pendant l’épidémie

L'ancien ministre du budget, condamné pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale doit remettre son bracelet électronique le 20 mai. Il en avait été libéré pour prêter main forte à l'hôpital d'Ajaccio en pleine crise du Covid-19.

Jérôme Cahuzac a cisaillé lui-même son bracelet électronique. Pour exercer à l’hôpital de Bonifacio pendant l’épidémie de Covid-19, l’ancien ministre du Budget a été autorisé par la justice à retrouver une liberté temporaire, selon FranceInfo. Condamné pour fraude fiscale à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, en première instance, il doit reporter un bracelet électronique le 20 mai.

Il officie comme médecin généraliste à l’hôpital trois ou quatre matinées par semaine, depuis septembre 2019, avec l’accord de l’Ordre des médecins. Face à l’épidémie de Covid-19, il a été réquisitionné pour gérer l’afflux de patients atteints du coronavirus, comme tous ses confrères. L’hôpital de Bonifacio (Corse-du-Sud) a joué un rôle central pour désengorger le centre hospitalier d’Ajaccio (Haute-Corse). Au total, 700 personnes ont été testées positives au virus sur l’Île de Beauté, pour une population de 340 000 habitants.

Deux mois de port de bracelet supplémentaires

Le jour même du déconfinement, Jérôme Cahuzac a reçu une convocation à la prison où il doit se faire poser de nouveau un bracelet, le 20 mai. Son avocat, Maître Dupond-Moretti, fustige un “traitement de défaveur” envers l’ancien ministre. “Tout cela est pleinement conforme au code de procédure pénale”, rappelle le parquet d’Ajaccio. Jérôme Cahuzac devra rattraper les deux mois en liberté dont il a joui en étant soumis deux mois de plus à la liberté conditionnelle.