Le Conseil de Paris annonce un plan d’aide de 200 millions d’euros

Le Conseil de Paris a adopté ce lundi un plan de 200 millions d’euros afin de «relancer l’économie». Les aides doivent soutenir les secteurs les plus touchés par la pandémie : les petits commerces et le monde de la culture.

Un plan «historique» et «sans précédent» selon Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate à sa réélection.

Le Conseil de Paris, réuni en session exceptionnelle, a adopté une série de mesures en faveur des entreprises parisiennes et du monde de la culture. Ce plan de relance comprend plusieurs types d’exonérations à destination des entreprises. 

La ville de Paris va exonérer de six mois plusieurs redevances

  • Les loyers des bailleurs sociaux pour les acteurs les plus fragiles : associations, institutions culturelles et entreprises de moins de 10 salariés. 
  • Les droits de voirie, terrasses et étalages, échafaudages et palissades. 
  • Les redevances des commerçants des marchés alimentaires, des puces et commerces ambulants. 
  • Les redevances de stationnement des taxis. 
  • La redevance spéciale des déchets non ménagers, qui concerne notamment les déchets d’origine commerciale ou artisanale. 

Un mois de la culture en août 

Ce plan comprend également un volet destiné au monde de la culture, à l’arrêt total depuis le début de la crise sanitaire.

  • Des aides directes pour favoriser la création notamment dans le domaine de la musique, du spectacle vivant et des arts visuels. 
  • Durant le mois d’août, des commandes publiques seront passées à des auteurs. Un appel à projets va être lancé prochainement. 
  • La Nuit Blanche, qui se tient traditionnellement en début d’automne, sera maintenue. 

Des aides publiques pour aider le spectacle vivant

  • La mairie de Paris versera 500.000 euros au fonds de secours mis en place dans le secteur de la musique, géré par le Centre national de la musique. 
  • Une enveloppe de 700.000 euros est destinée au spectacle vivant. 
  • 50.000 euros pour la Société des Auteurs et Compositeurs dramatiques. 
  • Pas d’annonce pour le secteur du cinéma. La municipalité promet encore d’être «attentive» et pourra apporter un soutien complémentaire aux salles de cinéma indépendantes en fonction de leur situation. 

Un plan globalement soutenu malgré quelques réserves chez l’opposition

Le plan a été voté sans encombre mais il suscite quelques critiques du côté de l’opposition. Rachida Dati, candidate LR à la mairie de Paris, a déclaré que «le plan de soutien annoncé ne correspond nullement au budget de crise nécessaire […] tant la ville est endettée».

Les élus écologistes souhaitent, eux, que les exonérations soient conditionnées à la suppression du chauffage sur terrasses ouvertes et qu’elles soient réservés aux commerces ne disposant pas de publicité.