Huit nouveaux foyers de contamination dans le Grand Est

Quatre départements de la région sont concernés. L’Agence régionale de santé (ARS) dénombre de trois à seize cas de contamination au nouveau coronavirus par foyers identifiés.

Ils font partie des nouveaux « clusters » identifiés et scrutés par les autorités sanitaires. Huit foyers de contamination au Covid-19 sont apparus dans le Grand Est depuis le début du déconfinement, ont annoncé, mardi 19 mai, l’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de la région.

Les nouveaux foyers ont été identifiés dans quatre départements de la région: «un en Haute-Marne, quatre en Moselle, deux dans le Bas-Rhin, un en Meuse», a détaillé Marie-Ange Desailly-Chanson, directrice générale de l’ARS du grand-Est. Quatre d’entre eux sont localisés dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Les autres se trouvent dans un «établissement sanitaire», une «structure d’aide sociale à l’enfance», un «établissement médico-social pour personnes handicapées» et dans une «emprise militaire», selon les termes de l’ARS qui n’a pas souhaité entrer dans le détail de la localisation ces « clusters ».

La directrice de l’ARS est restée prudente quant à un lien entre l’apparition de ces nouveaux cas et le début du déconfinement. Le délai moyen étant de «sept à dix jours», certains foyers existaient «possiblement avant» le 11 mai.

Plus de 1200 «cas-contact»

Depuis le 13 mai et  la mise en place du dispositif de « contact tracing », la région Grand Est a enregistré plus de 550 patients positifs et environ 1200 personnes avec qui ils ont été en contact. Les malades identifiés ont le choix de s’isoler à domicile ou dans des structures extérieures telles que des hôtels. Pour l’heure, seules deux personnes ont choisi cette seconde option.

La région du Grand Est a été classée en rouge, c’est à dire en zone sous tension, lors de la cartographie présentée par le gouvernement le 7 mai.  Une classification qui ne devrait pas être réévaluée avant début juin a indiqué la préfète de la région Grand-Est, Josiane Chevalier. Lundi soir, la proportion de passages aux urgences pour une suspicion de Covid-19 était cependant descendue en dessous de 6%, signe d’une faible circulation du virus dans la région.