CIO : Les JO de Tokyo, c’est 2021 ou rien

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, a reconnu, mercredi 20 mai que si les JO de Tokyo n’avaient pas lieu en 2021, ils seraient définitivement annulés.

«On ne peut pas éternellement employer 3.000 ou 5.000 personnes au sein du comité d’organisation», a reconnu, mercredi 20 mai, le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, dans un entretien à la BBC. Si les JO de Tokyo, initialement prévu à l’été 2020, ne sont pas organisés à l’été 2021, il faudra donc les annuler.

Il confirme, toutefois, «l’engagement clair à ce que les Jeux se tiennent en juillet prochain», mais adopte la même position que le comité d’organisation japonais : «Quand nous aurons une idée claire de ce à quoi ressemblera le monde au 23 juillet 2021, nous prendrons les décisions appropriées».

«On ne peut pas modifier le calendrier sportif mondial de toutes les principales fédérations, ni avoir de chevauchements avec de futurs Jeux olympiques. On ne peut pas laisser les athlètes dans l’incertitude», a‑t-il expliqué pour justifier cette décision. 

Il en appelle également à l’esprit des Jeux olympiques qui serait dévoyé si les mesures sanitaires étaient trop sévères et empêchaient, par exemple, la venue de spectateurs : «l’esprit olympique, c’est d’unir les fans, ce qui fait des Jeux un événement aussi unique, c’est qu’il y a côte à côte des spectateurs venus du monde entier dans un même stade olympique», a‑t-il rappelé. Thomas Bach a également tenu à rappeler que le respect des règles sanitaires reste la priorité et que les décisions sont prises en «s’appuyant sur les conseils de l’Organisation mondiale de la santé».