La PMA pour toutes repoussée de quelques mois… ou de deux ans?

Alors que Gilles Le Gendre, le chef de file des députés LREM, espère seulement que le projet pourra être adopté d'ici la fin du quinquennat, le ministre de la Santé, Olivier Véran, promet encore son examen final dans les mois à venir. 

La crise du coronavirus aura eu aussi raison de la procréation médicalement assistée (PMA) dans l’immédiat. Jeudi 21 mai au matin, sur le plateau de LCI, le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, a annoncé un énième report du projet de loi en raison des contraintes créées par la pandémie: «J’espère que la PMA pourra être votée d’ici la fin du quinquennat, a assuré le député. Avant l’été, c’est impossible.» Des propos qui ont entraîné de nombreuses réactions négatives de partisans du projet de loi, au point de pousser le ministre de la Santé, Olivier Véran, à les tempérer en fin d’après-midi sur Twitter: tout en rappelant que la priorité était donnée à la crise sanitaire et que la loi bioéthique pourrait difficilement être adoptée avant l’été, il a promis qu’elle le serait «dans les tout prochains mois».

Le projet de loi bioéthique ouvrant la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens avait été adopté de justesse par le Sénat en première lecture en février dernier. Selon Gilles Le Gendre, la pandémie, qui a imposé la distanciation sociale jusque dans l’hémicycle, rend compliquée son adoption prochaine. «Pour une loi aussi importante, il faudrait que l’ensemble des forces politiques puissent être présentes. Autrement, il y aurait un vrai problème de principe. Nous nous donnons deux ans», s’est justifié le chef de file des députés de la majorité.

Cette annonce avait suscité des critiques au sein même du groupe LREM. «Je suis défavorable au report de l’examen en seconde lecture de #PMApourtoutes. La loi #bioéthique doit être adoptée au plus vite!», s’était exclamé en milieu de journée Damien Pichereau, député LREM de la Sarthe.

La députée LREM de Paris, Anne-Christine Lang, proche du candidat aux municipales Cédric Villani, s’était positionnée de la même façon: «Il n’est tout simplement pas envisageable que la loi sur la #PMApourtoutes ne soit pas adoptée avant la fin du quinquennat. Et je suis sûre que les députés @LaREM_AN feront tout pour qu’elle le soit!»

Les associations féministes, à l’image d’Osez le féminisme!, s’étaient également insurgées de ce nouveau report.