L’ONG Oxfam supprime 1 450 postes à cause du coronavirus

L’ONG Oxfam a annoncé, jeudi 21 mai, devoir retirer ses activités de 18 pays et supprimer 1 450 postes. Le coronavirus a beaucoup amoindri les ressources financières de l’organisation.

C’est près du tiers des effectifs de l’ONG Oxfam, soit 1 450 personnes, qui va être licencié pour cause de coronavirus. Dans un communiqué, mercredi 20 mai, l’organisation de lutte contre la pauvreté annonce que la crise sanitaire a beaucoup baissé ses ressources financières. Elle compte également retirer ses bureaux présents dans 18 pays dont ceux en Afghanistan, Haïti, ou Cuba.

L’ONG explique que le confinement obligatoire dans certains pays a forcé l’annulation de nombreux événements de levée de fonds qui lui permettent d’exister.

Mais Oxfam explique que cette restructuration de ses activités était déjà prévue depuis 2018 : «Nous avions prévu cela depuis quelques temps mais nous avons accéléré la prise de décisions à la lumière des effets de la pandémie mondiale», a expliqué Chema Vera, directeur général de l’ONG. La santé financière de l’ONG est, en effet, dégradée depuis la révélation d’un scandale d’abus sexuels de ses employés en Haïti, qui a beaucoup amoindrie le nombre de dons.

Oxfam se veut, pour autant, confiante et rassurante envers les pays desquels elle se retire : «Nous nous sentons responsables envers les pays où nous fermons nos bureaux. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires pour y soutenir les mouvements sociaux», a assuré Chema Vera. L’ONG reste présente dans 48 pays du monde.