La Chine vante sa «réussite majeure» dans la lutte contre le coronavirus

Le Premier ministre chinois a salué devant le Parlement la réussite supposée de son pays dans la lutte contre le coronavirus. Il a promis un plan de 480 milliards d’euros pour relancer l'économie.

Devant 3.000 députés masqués rassemblés au Palais du peuple à Pékin, lors de la session plénière de l’Assemblée nationale populaire (ANP), le Premier ministre chinois Li Keqiang a proclamé, vendredi 22 mai, «une réussite stratégique majeure» dans la bataille menée contre le coronavirus. «Nous, fils et filles de la nation chinoise, sommes restés unis pendant une période infiniment difficile et avons élevé une Grande muraille de solidarité», s’est-il félicité, six mois après l’apparition du virus fin 2019 à Wuhan, dans le centre du pays.

La ville de 11 millions d’habitants, capitale de la province du Hubei, avait été placée en quarantaine pendant deux mois et demi. Cette décision politique a permis «d’obtenir une victoire décisive», d’après le chef du gouvernement. Les derniers chiffres officiels ‑qui seraient sous-estimés selon certains experts– font état, sur l’ensemble du pays, de 83.000 cas de contamination, dont 4.634 mortels, pour 1,4 milliard d’habitants.

Une baisse de 6,8% du PIB au premier trimestre de 2020

Li Keqiang a néanmoins rappelé «la tâche immense» qu’il restait à accomplir après les bouleversements économiques causés par l’épidémie. La victoire contre le virus «s’est payée d’un prix élevé. C’est un prix qu’il fallait payer et qui en valait la peine», a‑t-il précisé. Au premier trimestre de 2020, le PIB de la Chine a baissé de 6,8%.

Dans ce discours d’une heure, le Premier ministre a promis un plan de 480 milliards d’euros pour relancer l’économie du pays. «La pression sur l’emploi a fortement augmenté», a ajouté le dirigeant. Il a également évoqué «une réponse ferme et des mesures de rétorsion» si le Congrès des Etats-Unis venait à adopter des sanctions contre Pékin, qu’il accuse d’avoir dissimulé l’ampleur de la pandémie.