Instagram, plateforme d’expression privilégiée du mouvement Black Lives Matter

Succession de carrés noirs pour le #blackouttuesday, photos de manifestants agenouillés ou le poing levé, diffusion de messages de soutien à George Floyd. Depuis la mi-mai, le réseau social Instagram est devenu le relais incontournable du mouvement Black Lives Matter. Tantôt informatrice, tantôt mobilisatrice, la plateforme a contribué à la propagation de la contestation contre les violences racistes et policières, à l’échelle planétaire. 

Tout a commencé par un appel, relayé sur Instagram durant les jours qui ont suivi la mort de George Floyd.  “Comment aider ? Envoyez FLOYD au 55 156 pour mettre la pression au procureur Mike Freeman pour qu’il inculpe et arrête immédiatement ces officiers”. Cet appel, lettres blanches sur fond noir, pour demander l’arrestation des officiers soupçonnés d’être responsable de la mort de cet Afro-Américain de 46 ans lors d’un contrôle de police à Minneapolis (Minnesota, Etats-Unis) le 25 mai dernier. Depuis, plus de 3 millions d’utilisateurs ont relayé le hashtag #justiceforgeorgefloyd.

En quelques jours seulement, le réseau social Instagram s’est imposé comme l’un des principaux relais de la contestation contre les violences racistes et policières à travers le monde. Devenu la plateforme de référence  dont s’emparent organisations, personnalités politiques et militants pour exprimer leur colère, Instagram est massivement utilisé par le mouvement Black Lives Matter (“Les Vies Noires Comptent”).

People gather during a Black Lives Matter protest Wednesday, June 10, 2020, in Salt Lake City. With loud chants of “No justice, no peace” and “Black lives matter,” a couple of thousand people rallied in downtown Salt Lake City Wednesday morning calling for an end to police brutality. (AP Photo/Rick Bowmer)

Une photo vaut mille mots

Ce qui explique en partie qu’Instagram ait été privilégié par les militants du mouvement Black Lives Matter pour afficher leur soutien à la contestation anti-racisme, c’est la forme même du réseau social. Lancé en 2010, Instagram a fait du partage de photos et vidéos au long court sa spécialité. Depuis la mi-mai, des clichés ou vidéos pris au cours des nombreux rassemblements de soutien à George Floyd et contre les violences racistes ou policières inondent la plateforme.

Ce partage abondant sur Instagram de photos et vidéos facilite l’engagement du plus grand nombre grâce à la simplicité d’utilisation de la plateforme. D’un simple like sur une photo aux réactions ou commentaires sous une vidéo prise au cours d’une manifestation, les manières pour les utilisateurs d’afficher leur soutien sont multiples et à portée de main.

Les images postées en nombre sur Instagram véhiculent aussi une symbolique reprise massivement par les militants ou les instagrammeurs. Du poing levé brandis par les manifestants au cours de ces rassemblements, aux slogans “Black Lives Matter” ou “I Can’t Breathe” (“Je ne peux plus respirer”, les derniers mots prononcés par George Floyd avant de mourir) partagés sous des millions de publications Instagram, depuis la mi-mai.

Jusqu’au #blackouttuesday, mardi 3 juin, journée au cours de laquelle les utilisateurs d’Instagram ont affiché leur soutien à la cause anti-raciste, en postant ou en mettant en photo de profil un carré noir, sans texte et sans filtre.

Témoigner publiquement du racisme ou de la violence des forces de l’ordre

La parole se libère peu à peu sur Instagram. Via des vidéos au format court ou des images accompagnées de textes avec les hashtags #wecan’tbreathe ou encore #endpolicebrutality, des utilisateurs (essentiellement afro-américains) témoignent du racisme subi dans leur vie de tous les jours.

Une prise de parole encouragée par le réseau Instagram lui-même. Depuis le 1er juin, le compte-mère Instagram a lancé le hashtag #ShareBlackStories pour relayer des témoignages de personnes noires victimes de racismes, mais aussi des informations sur les mobilisations organisées partout dans le monde et publier des images de manifestations ou des oeuvres d’artistes mobilisés contre les violences policières et racistes.

En marge de l’histoire tragique de George Floyd, Instagram est utilisé pour réclamer justice pour nombre d’Afro-Américains morts suite à des faits de violences policières, tels que Breonna Taylor ou Ahmaud Arbery. Leurs histoires, le combat de leurs familles est relayé par des milliers d’utilisateurs, via des Stories ou un simple like

Communiquer pour mieux s’organiser

Fondé en 2013 aux Etats-Unis, le mouvement Black Lives Matter s’organise en structures locales, d’où la nécessité pour ces antennes locales de communiquer sur les manifestations ou rassemblements à venir. C’est ainsi que depuis la mi-mai, le réseau social Instagram est utilisé par les militants du mouvement BLM pour organiser des actions aux quatre coins du monde.

C’est la raison principale pour laquelle l’antenne nantaise de Black Lives Matter, tout juste crée, a ouvert son propre compte Instagram. “Nous avons choisi de créer un compte Instagram afin de diffuser des informations concernant la manifestation du 8 juin à un public plus large. Un grand nombre de personnes nous ont demandé des informations supplémentaires et qui exactement organisait l’événement”, expliquent les membres du collectif nantais. 

Ailleurs en France, le compte Instagram d’Assa Traoré, soeur d’Adama Traoré ‑jeune homme de 24 ans mort en 2016 lors d’un contrôle de police- permet à ses 331 000 abonnés de suivre l’actualité de l’enquête sur la mort d’Adama Traoré et d’être au courant des rassemblements de soutien organisés, principalement en région parisienne.

https://www.instagram.com/p/CBL9uIToWW8/

Post d’Assa Traoré publié lundi 8 juin sur son compte Instagram. Accompagné d’une image en noir et blanc de son frère Adama, elle explique que sa famille a refusé de rencontrer la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet. 

De l’avis de Black Lives Matter Nantes, Instagram sert comme les autres réseaux sociaux (Twitter, Facebook…) à informer librement et massivement le public sur les mobilisations en cours. “Créer une plate-forme sur Instagram concernant ce mouvement sur Nantes nous a permis de rassembler un public à la manifestation de lundi qui n’est pas le genre de public que l’on a l’habitude de voir en manifestation”, affirme l’un des membres du collectif. Informer pour capter un public nouveau, et plus précisément les jeunes.

Selon une étude publié en février 2020 par Diplomeo, Instagram est le réseau social le plus populaire chez les 16–25 ans, 4/5 jeunes le préfère aux autres plateformes. Si les antennes locales du mouvement Black Lives Matter sont aussi présentes sur Instagram, c’est aussi pour toucher ce public jeune, les informer et les inciter à prendre part à la révolte.

Il nous a semblé évident que créer un compte Instagram serait le meilleur moyen de toucher un public large et jeune”, explique le collectif Black Lives Matter. “Il permet à notre collectif d’être suivi par des personnes jeunes comme nous et d’inciter des personnes qui ne sont peut-être pas dans l’activisme à faire des actions et à nous suivre dans ce combat”.

Océane Trouillot