Coronavirus : les élèves français moins prêts pour affronter la crise, estime l’OCDE

Dans son dernier rapport, l'OCDE estime que les élèves français n'étaient pas aussi préparés que la moyenne des pays occidentaux pour affronter la crise sanitaire. Ils accusent un retard important notamment sur les nouvelles technologies.

Les petits Français à la traîne… Selon le dernier rapport de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), intitulé “Regards sur l’éducation 2020″, les élèves de l’Hexagone n’étaient pas aussi prêts que les autres pays occidentaux face à l’épidémie de coronavirus.

En cause notamment : les nouvelles technologies, moins utilisées en France qu’ailleurs. Selon le rapport, 36% des professeurs encourageaient leurs élèves à les utiliser en classe, contre 53% pour la moyenne occidentale. 

Mais selon la même étude, 8 enseignants sur 10 estiment que le confinement a permis de faire progresser les élèves sur les outils numérique.

Trop d’élèves par classe

Le nombre d’élèves par classe, jugé trop élevé, a également été souligné par l’OCDE. Ce qui pose un problème notable pour la distanciation physique. Ils sont en moyenne 23 élèves par classe à l’école primaire française, contre moins d’une vingtaine en Italie ou en Autriche par exemple.

Autre enseignement de ce rapport, l’accès à l’emploi se dégrade, notamment pour les jeunes diplômés. Comme le note le rapport, en 2019, un quart des jeunes Français sans qualification étaient au chômage, contre 6% chez les jeunes de l’enseignement supérieur. Les jeunes apprentis, qui ont ainsi bénéficié d’une expérience professionnelle, obtiennent un taux d’insertion professionnelle de 79% après un bac ou de courtes études, contre 64% chez les jeunes sans expérience.

Enfin, la part des dépenses publiques consacrées à l’éducation est en baisse et pourrait, à terme, être compromise. “Avec l’affectation des fonds publics d’urgence à la santé et à la protection sociale, les dépenses publiques à long terme au titre de l’éducation sont menacées, malgré les plans de relance à court terme de certains pays.