A Beauvais, un homme accusé d’avoir tué sa compagne se suicide

L'homme, soupçonné d'avoir tué son ex-petite amie à Beauvais (Somme) en juillet dernier, a été retrouvé pendu dans sa cellule.

Il ne sera pas jugé. Un homme de 26 ans a choisi de se donner la mort dans sa cellule de la maison d’arrêt de Beauvais (Oise) ce mardi, plutôt que de faire face à la justice. En détention provisoire depuis fin juillet, il était soupçonné d’avoir tué sa compagne dans la Somme de plusieurs coups de couteau.

L’homme a été retrouvé pendu dans sa cellule. « Une enquête a été ouverte pour trouver les causes de la mort afin de déterminer les circonstances de son passage à l’acte », a indiqué le parquet de Beauvais à l’AFP ce mercredi, confirmant une information du Courrier Picard.

Le 29 juillet au matin, cet ancien gendarme s’était présenté à la gendarmerie d’Hallencourt, une commune de l’ouest de la Somme située non loin d’Abbeville. Il déclarait alors qu’une femme décédée se trouvait sur la banquette arrière d’un véhicule garé à proximité de la gendarmerie. Il a ensuite avoué qu’il s’agissait de son ex-petite amie.

Suicides fréquents des auteurs

L’autopsie pratiquée sur le corps de la jeune femme a montré que la mort était due à « de multiples coups de couteau portés au niveau du cœur ». Elle avait 20 ans. Selon l’association féministes Nous Toutes, il s’agissait du 56ème féminicide depuis le début de l’année.

La mort du prévenu entraîne l’annulation des procédures judiciaires, un phénomène assez fréquent dans ce type d’affaires. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur de 2017, près de la moitié des auteurs se suicident ou en font la tentative après les faits.