Covid-19 et vaccin : AstraZeneca suspend ses tests après l’apparition d’effets secondaires

Le laboratoire britannique, en phase de test sur des dizaines de milliers de volontaires, était l’un des plus avancés.

Une maladie « potentiellement inexpliquée » s’invite dans la très concurrentielle course au vaccin contre la Covid-19. Ce mardi soir, le laboratoire britannique AstraZeneca a dû suspendre ses essais cliniques après l’apparition d’effets secondaires chez un participant britannique aux phases de test.

« Notre processus d’évaluation normal a été déclenché et nous avons volontairement fait une pause dans les vaccinations pour permettre une évaluation des données de sécurité par un comité indépendant », a précisé le laboratoire dans un communiqué.

C’est un coup dur pour le groupe pharmaceutique, particulièrement avancé dans la recherche d’un vaccin. Il était l’un des seuls participants à avoir entamé la « phase 3 » – avec Moderna et Pfizer en association avec BioNTech – qui consiste en l’étude des coûts et des bénéfices du vaccin sur l’homme. Plusieurs dizaines de milliers de volontaires étaient ainsi mobilisés pour des phases de test du projet d’AstraZeneca au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud, mais également aux Etats-Unis. Lundi, le ministre de la Santé britannique affirmait même espérer de premiers résultats du laboratoire d’ici la fin de l’année.

Les laboratoires appellent à la prudence

Ce soudain contretemps fait toutefois écho aux récents avertissements de neuf directeurs de laboratoires pharmaceutiques, dont celui d’AstraZeneca. Ce mardi, ils signaient conjointement une promesse de sécurité, s’engageant à « développer et tester des vaccins potentiels contre le Covid-19 avec des normes éthiques élevées et des principes scientifiques solides » et invitant les responsables politiques à ne pas exiger d’autorisation précipitée d’un vaccin.

De quoi doucher les espoirs du président américain Donald Trump, qui assurait le 7 septembre dernier que le vaccin arriverait « très rapidement ».