Covid-19 : un collectif réclame le port du masque dès l’école primaire

Le collectif Stop-Postillons, qui milite pour le port du masque dans l'espace public depuis mars, réclame que celui-ci soit porté par les enfants dès 6 ans, à l'école primaire et non à partir du collège.

« Une brèche ». C’est le terme qu’utilisent les professionnels de santé réunis au sein du collectif Stop-Postillon pour qualifier l’école primaire. Ils demandent au travers d’un communiqué de presse publié ce jeudi qu’il soit porté par les enfants dès 6 ans et l’école primaire. Actuellement, le masque est obligatoire à partir de 11 ans, âge qui correspond à l’entrée au collège.

28 écoles fermées

« L’école primaire reste la principale brèche par laquelle va se propager le virus » selon les trois médecins et le radiologue qui militent depuis mars pour le port du masque. « Si les parents se protègent par leurs masques au travail, mais que les enfants se transmettent le virus à l’école, la contamination se fait de foyer en foyer », font valoir les praticiens. Pour étayer leur argumentation, ils rappellent que « 28 établissements scolaires et 262 classes ont fermé leurs portes en raison du coronavirus » une semaine après la rentrée le 1er septembre.

Une contagiosité qui fait débat

Alors que la rentrée scolaire vient d’avoir lieu dans de nombreux pays, on ne sait toujours pas avec certitude si les enfants sont aussi contagieux que les adultes. « Quand ils présentent des symptômes, les enfants excrètent la même quantité de virus que les adultes et sont aussi contaminants qu’eux. On ne sait pas à quel point les enfants asymptomatiques peuvent infecter d’autres personnes », a indiqué le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans un rapport début août.

Si plusieurs études ont montré que les jeunes enfants semblaient peu transmettre la maladie, le médecin généraliste Michaël Rochoy, cofondateur du collectif Stop-Postillons assure que « les enfants de moins de 10 ans peuvent être contaminants et contaminés ». Il s’appuie sur « une étude réalisée chez des enfants en colonie de vacances en Géorgie où 51 des 100 enfants de 6 à 10 ans ont été positifs ».