Bélarus : Loukachenko se rendra en Russie pour s’entretenir avec Poutine

Depuis un mois le président bélarusse fait face à un mouvement de contestation inédit qui plaide pour sa démission.

Une “visite de travail” est programmée lundi 14 septembre entre les présidents Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko, a annoncé le Kremlin. La réunion survint alors que le président bélarusse est confronté à un mouvement contestataire inédit : depuis la tenue du scrutin présidentiel le 9 août, jugé frauduleux, le président aux méthodes dictatoriales fait face à de gigantesques manifestations appelant à sa démission. Le Kremlin n’a pas précisé si cette visite se déroulerait à Moscou. Le porte-parole a uniquement précisé qu’aucune réunion avec la presse ou signature d’accord n’était prévue.

Une relation de dépendance complexe

Les deux pays entretiennent des relations complexes. Ces dernières années, le président bélarusse a accusé à de multiples reprises son géant de voisin de vouloir vassaliser son pays. Il rejetait l’idée d’un approfondissement de l’union entre les deux pays et avait même accusé Moscou d’oeuvrer contre lui à l’approche de la présidentielle de 2020.

Les deux pays sont pourtant associés sur de nombreux points : le Bélarus est économiquement très dépendant de la Russie et les deux voisins sont notamment liés par un traité militaire, une union douanière et l’Union eurasiatique. La Russie et le Bélarus négocient par ailleurs depuis plusieurs mois un approfondissement de leurs liens politiques et économiques.

Un revirement de Loukachenko

En un mois, Alexandre Loukachenko a effectué un volte-face complet vis à vis de la Russie. Il plaide à présent pour un soutien russe, accusant les occidentaux de mener une opération pour le déstabiliser à travers la contestation qui secoue son pays.

 

Des rumeurs vont bon train en Russie et en Bélarus sur un rapprochement des deux pays. Pendant la première semaine de contestation, Moscou s’est montrée réservée, répétant qu’elle était prête à venir en aide à son voisin “en cas d’agression venue de l’étranger”. Une position sur laquelle elle est rapidement revenue dans les semaines suivantes. Le Kremlin se dit à présent prêt à s’engager plus ouvertement aux côtés de Loukachenko. Vladimir Poutine a notamment annoncé avoir constitué une “réserve” de policiers antiémeutes prête à être déployée en Biélorussie si la situation devait échapper au gouvernement.

L’ambassadeur de Russie à Minsk, Dmitri Mezentsev, a offert jeudi à Alexandre Loukachenko, qui a célébré récemment son 66e anniversaire, un atlas du XIXe siècle dans lequel le Bélarus fait parti de l’Empire tsariste russe.Un témoignage historique des relations unissant le deux pays et “une réponse à ceux qui pensent autrement”, a expliqué l’ambassadeur.