Brexit : Boris Johnson prêt à faire voler en éclat l’accord avec l’Union européenne

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, refuse d'annuler ses projets de loi remettant en cause l'accord du Brexit, malgré l'ultimatum des Vingt Sept

Des rebondissements à n’en plus finir. Boris Johnson pourrait remettre en cause l’accord de divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE) signé il y a un an, et pourtant arraché de haute lutte par son gouvernement. Boris Johnson a annoncé ce vendredi qu’il refusait de retirer son “Internal Market Bill”.

Ce projet de loi, déposé à la Chambre des communes le 9 septembre, prévoit qu’en cas de désaccord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur l’application de ces dispositifs, Londres pourra décider quel type de contrôles douaniers s’imposera aux marchandises transitant entre Belfast et la Grande-Bretagne. Cette disposition va à l’encontre de l’accord conclu, qui prévoyait un partage du pouvoir entre les Européens et les Anglais concernant cette question douanière. Le Royaume-Uni devait d’une part rester alignée sur les normes européennes et d’autre part faire partie de l’union douanière britannique.

L’Union Européenne appelle à retirer le projet de loi

Jeudi, Bruxelles a lancé un ultimatum à leurs confrères britanniques. Par l’intermédiaire de Marco Sefcovic, vice-président de la Commission européenne, qui appelait Downing Street à “retirer avant la fin du mois” ses projets de loi remettant en cause le premier accord de divorce.

Quand on sait que le 31 décembre, les relations entre l’UE et le Royaume-Uni seront rompues, l’heure n’est plus à la tergiversation. Les Vingt-Sept sont pour le moment toujours unis, comme en témoigne le Secrétaire d’Etat en charge des relations avec l’Europe, Clément Beaune : « A tous ceux qui doutent, parfois avec de bonnes raisons : l’Union européenne est ferme et unie. »