Paris 2024 : La Seine-Saint-Denis accueillera bien les Jeux, assure le comité d’organisation 

Des élus de Seine-Saint-Denis se disent inquiets d'être les grands perdants d'un changement d'organisation des Jeux olympiques à cause de la Covid-19.

 

 

« La Seine-Saint-Denis est et restera au coeur des JO. » Tony Estanguet, président du comité d’organisation Paris 2024, a voulu rassurer, ce vendredi sur franceinfo. Covid-19 oblige, les JO de Paris 2024 vont devoir être réaménagés. Le comité d’organisation de Paris 2024 vient d’engager une revue du projet trois ans après l’attribution des Jeux ; la deuxième après celle de 2018 qui fut imposée par un rapport de l’inspection générale des finances. 

La carte des sites hôtes des épreuves olympiques et paralympiques va changer. Ce qui inquiète fortement les élus de Seine-Saint-Denis, à qui un «héritage fort» a été promis. «La Seine-Saint-Denis ne peut pas être la variable d’ajustement, et cela ne peut pas être un alibi au moment de la candidature », a prévenu jeudi Stéphane Troussel, président PS du département du Nord-Est parisien, entouré d’élus locaux. 

Une révision à la baisse pour cause de crise économique et sanitaire

En raison de la pandémie de Covid-19, les organisateurs des Jeux Olympiques prévoient de moindres recettes de la part des sponsors. Ils ont donc décidé dès cet été de sabrer près de 400 millions afin d’espérer rester dans l’enveloppe du budget initial de 3,8 milliards d’euros.

Le comité d’organisation planche donc sur une nouvelle carte permettant des économies sur les sites provisoires dont il a la charge. Deux pans du projet devraient rester inchangés : les sites iconiques comme Versailles où se dérouleront les épreuves d’équitation et l’ancrage en Seine-Saint-Denis, explique le Comité. Le dernier populaire est au coeur du projet sportif depuis le début et doit accueillir des équipements destinés à rester dans le temps et à se transformer, avec des emplois à la clé. «Je ne toucherai pas à l’ADN des Jeux» , avait promis Tony Estanguet lors du confinement. Il réitère sa promesse ce vendredi.