Menaces contre Charlie Hebdo : “Depuis la mort de Ben Laden, Al-Qaïda est en pleine expansion”

Le groupe terroriste Al-Qaïda a publié jeudi de nouvelles menaces à l'encontre de Charlie Hebdo. 19 ans après les attentats du 11 septembre 2001, Al-Qaïda a dû s'adapter à la mort de Ben Laden et au développement de Daesh.

En plein procès de Charlie Hebdo, les commanditaires des attentats qui ont fait 17 morts en janvier 2015 ont de nouveau fait parler d’eux. À la suite de la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo, jeudi, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) a menacé la France de perpétrer de nouveaux attentats dans l’Hexagone.

Restructuration

Le 11 septembre 2001, le monde occidental découvrait le groupe terroriste Al-Qaïda, après les attentats qui ont fait 2977 morts aux Etats-Unis. En s’attaquant au symbole américain du World Trade Center, son leader Oussama Ben Laden devient l’ennemi public numéro un des occidentaux, Washington en tête.

À la mort du chef, en 2011, beaucoup annoncent la fin d’Al-Qaïda. Pourtant, l’idéologue et médecin d’Oussama Ben Laden, Ayman al-Zawahiri prend les rênes de l’organisation terroriste. Quatre ans plus tard, AQPA commandite les attentats de Charlie Hebdo menés par les frères Kouachi, réveillant la menace terroriste en France et en Europe.

Une nouvelle filière au Cachemire

Depuis la mort de Ben Laden en 2011, Al-Qaïda est en pleine expansion”, explique Wassim Nasr, journaliste de France 24, veilleur et analyste sur les questions du terrorisme. “(L’organisation) a implanté une filière dans la région de l’Inde”, détaille-t-il. En 2017, le groupe terroriste a officialisé la création d’une toute nouvelle cellule au Cachemire indien, pour contrer l’hégémonie de l’État Islamique (Daesh) dans la région. Nommée Ansar Ghazawat al-Hind, la filière demeure particulièrement active.

Elle est proche du groupe terroriste, Jaish-e-Mohammed, auteur de l’attentat de février 2019, qui a fait plus de 40 morts dans l’État du Jammu-et-Cachemire. Le leader désigné à la création d’Ansar Ghazawat al-Hind, Zakir Musa, 25 ans, a été tué en mai 2019.

Al-Qaïda au Maghreb Islamique toujours aussi puissante

Sur le continent africain, le groupe terroriste confirme surtout son hégémonie. “Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMA) continue d’être très puissante et présent au Sahel”, rajoute Wassim Nasr. Son chef, Abdelmalek Droukdel, a été tué par l’armée française au Mali en juin 2020. Cette filière est particulièrement concentrée sur le Sahel et ne s’exporte pas à l’étranger.

Au contraire d’Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique. “AQPA est la filière la plus dangereuse pour les intérêts occidentaux”, explique Wassim Nasr. La dernière action d’envergure d’AQPA : l’infiltration par un terroriste d’une base militaire américaine en Floride. En décembre 2019, Mohammed al-Shamrani, 21 ans, considéré comme sous-lieutenant de l’armée de l’Air saoudienne, ouvre le feu dans la base navale de Pensacola. Bilan : trois morts et des interrogations pour les services de renseignements américains sur l’efficacité de leur sécurité.

Faut-il s’attendre à une attaque imminente en France ?

Évidemment qu’il faut prendre les menaces d’AQPA contre la France au sérieux, avertit Wassim Nasr. Ce sont ceux qui ont le plus de compétences humaines en Occident. Ils sont capables d’organiser des attaques sur le long terme avec des infiltrations. Lors de l’attaque en décembre 2019, ils ont réussi à tromper le FBI !”

Les attentats à l’image de ceux du 13 novembre 2015, avec un commando préparé sur place et envoyé en France pour commettre l’attaque, c’était quelque chose d’inédit. Avec ces récentes menaces, il faut plutôt s’attendre à une mission comme celle des frères Kouachi, préparée à la longue, avec des personnes sur place”, prévient-il.

Un autre scénario envisagé par le spécialiste, “plus facile à organiser” pour les terroristes : les attaques au couteau ou à la voiture bélier menées par des loups solitaires.