Vidéo : la « campagne à l’américaine » du gouvernement pour promouvoir les gestes barrières

Face à la résurgence de nouveaux cas de Covid-19, le ministère de la Santé a dévoilé, vendredi 11 septembre, une campagne publicitaire visant à rappeler l’importance des gestes barrières. Une vidéo jugée choquante, qui tranche avec le ton léger des spots précédents. 

Fini le temps où smartphones, ordinateurs et télévisons étaient noyés de vidéos ultra-pédagogiques du gouvernement visant à éduquer la population sur le lavage de main, le port du masque ou le respect des gestes barrières. Le ministère de la Santé change son fusil d’épaule et opte en cette rentrée pour une campagne autrement plus « trash ». Mise en ligne ce vendredi 11 septembre, une nouvelle vidéo montre d’abord des scènes de vie quotidienne qui se succèdent : bise au bureau, accolade à la sortie des cours, retrouvailles entre camarades, fête de famille… 

Jusque-là rien de bien choquant. Mais, effet « coup de poing »,  la dernière scène rompt brutalement avec l’aspect paisible des précédentes. La mère de famille que l’on vient de quitter fêtant son anniversaire apparait dans un lit d’hôpital. Malade du Covid-19, elle est branchée à un respirateur. Les médecins autour d’elle tentent de la réanimer. « On peut tous être touchés, alors on doit tous se protéger. Ensemble continuons d’appliquer les gestes barrière », conclut la vidéo. 

Réaction sur les réseaux sociaux ? « Ça fait flipper plus qu’autre chose », estime une internaute sur Twitter lors de la publication de la vidéo. Pour Arnaud Benedetti, professeur en Histoire de la communication à l’université Paris-Sorbonne, « c’est une image forte lorsque l’on voit cette dame en réanimation », et cette nouvelle campagne a un but bien précis : « Le gouvernement souhaite volontairement créer un choc émotionnel ». Ce spot reprend les codes anglo-saxons : « C’est une campagne à l’américaine, où l’on n’hésite pas à être particulièrement direct dans la communication pour créer une prise de conscience ». Le gouvernement a opté pour une stratégie similaire à celle des photos chocs sur les paquets de cigarettes. « Ce n’est pas la première fois que l’on a ce genre de campagne en France, ce n’est pas une rupture, poursuit Arnaud Benedetti. On est dans une évolution lente d’un mode de communication de prévention sanitaire qui, progressivement, est en train de tendre vers des codes qui ne sont pas les nôtres ».

Créer un déclic 

Une nouvelle fois les réunions de proches sont dans le viseur, souligne le professeur. Le 17 août déjà, sur Europe 1, l’épidémiologiste Marin Blachier indiquait qu’il fallait « annuler les fêtes de familles dans les lieux clos ». Le choix de mettre en scène un anniversaire n’est pas donc le fruit du hasard. « La vidéo est très intrusive, souligne Arnaud Benedetti. On rentre dans le domicile des gens, on prend cette scène avec pour objectif de montrer qu’un moment de partage en privé comporte des risques, si en extérieur on n’a pas opéré les bonnes pratiques. C’est volontairement choquant pour créer un déclic ».

Cette campagne rappelle celle utilisée par le gouvernement des Canaries en Espagne dont parlait récemment le Huffington Post : un père de famille, entouré de ses proches, déballe ses cadeaux… le dernier étant un masque à oxygène. 

 

Crédit photo : Capture d’écran du spot publicitaire du ministère de la Santé