Au temps du Covid, comment profiter des Journées du patrimoine ?

Jauges revues à la baisse, port du masque, utilisation des réseaux sociaux... pour cette édition des journées du patrimoine, il faut composer avec la circulation du coronavirus. Si certains lieux sont d'ores et déjà fermés au public, il est encore possible de profiter du week-end tout en étant précautionneux.

La culture pour tous ! C’est la mission du rendez-vous annuel que sont les journées du patrimoine. Mais à cause de la crise sanitaire, cette 37e édition prévue le samedi 19 et le dimanche 20 septembre s’annonce plus compliquée que celles des années précédentes qui avaient rassemblé plus de 12 millions de visiteurs sur l’ensemble du territoire. A quelques jours du lancement, déjà plusieurs départements comme le Nord, la Gironde et les Bouches-du-Rhône, mais aussi les villes de Nice et de Montpellier, ont pris des arrêtés pour annuler purement et simplement ces portes ouvertes. Rien n’est perdu pour autant car la rédaction du Cfjlab vous donne la recette pour profiter quand même de l’événement…  sans risques.

  • Jauges, masques… respecter les règles sanitaires renforcées

Toutes les zones ne sont pas concernées par l’annulation des journées du patrimoine qui restent la seule occasion de visiter certains lieux gratuitement. C’est le cas du palais de l’Elysée — qui draine d’ordinaire entre 15 000 et 20 000 visiteurs lors de cette unique occasion annuelle — qui a décidé de montrer l’exemple et de jouer la carte de la précaution. Pour profiter de l’expérience présidentielle, il faudra réserver en ligne et être réactif puisque, selon les informations du Parisien, le nombre de visiteurs sera divisé par 3 « et réparti selon une logique de créneaux horaires afin de fluidifier le parcours : 5000 places disponibles, à raison de 2500 places par jour, a fait savoir l’entourage d’Emmanuel Macron au quotidien francilien une semaine avant le lancement des festivités. Le port du masque sera obligatoire et des distributeurs de gel hydroalcoolique seront disponibles tout au long de la visite ».

Au château de Chambord, les visites guidées (seulement sur réservation) sont limitées à 25 personnes. Pour les espaces en accès libre, « les modalités d’accès sont susceptibles d’être adaptées en fonction de l’affluence afin de garantir la sécurité », précise le communiqué de presse.

  • Suivre l’événement sur les écrans 

Par mesure de sécurité, certains lieux ont fermé leurs portes sans pour autant renoncer à la tenue de l’événement. C’est le cas de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) qui mise, lui, sur un week-end 100 % virtuel. Une première pour cette institution connectée qui participe depuis seulement cinq ans aux journées du patrimoine. Samedi, elle proposera « une vidéo exclusive de vingt minutes diffusée en première sur la page Facebook d’ina.fr pour une immersion au cœur du réacteur de l’INA, précise la communication. La présentatrice Agathe Lecaron ouvrira les portes de lieux habituellement fermés au grand public ». Tout au long de ces deux jours, l’INA diffusera également sur ses comptes Instagram, Twitter et YouTube des vidéos dédiées aux métiers phares de l’Institut.

L’Elysée met aussi en place une visite virtuelle sur son site Internet. « Un dispositif inédit, explique l’exécutif au Parisien. Le visiteur pourra profiter d’une exploration interactive, ludique et à 360° de tous les salons visibles lors des Journées du patrimoine ». A Bordeaux, « une visite virtuelle en quatre vidéos » de l’hôtel Nesmond, résidence des préfets, sera diffusée sur Internet a annoncé la préfecture de Gironde.

  • Profiter des espaces ouverts

Les recommandations des autorités sanitaires sont claires, il faut éviter la promiscuité et privilégier les regroupements dans des espaces ouverts. Pourquoi ne pas miser sur une édition en plein air ! A Nîmes par exemple, l’Association des Amis des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en Languedoc propose une randonnée de 12 km pour découvrir ce chemin historique de pèlerinage et ses cinq chapelles romanes.

La capitale regorge elle aussi d’espaces ouverts à visiter. Ce week-end, il sera notamment possible de découvrir le Jardin des Tuileries lors d’une « promenade participative originale » guidée par des médiateurs, tous membres du personnel du jardin.

  • Le bon plan insolite de la rédaction : un aventure game dans les coulisses de Drouot

Pour la salle des ventes célèbre dans le monde entier, le samedi 19 n’est pas seulement le début des journées du patrimoine mais aussi le jour de la réouverture du lieu après des mois portes closes. Pour l’occasion, les visiteurs pourront participer à un une enquête pour retrouver un objet disparu. « Les groupes sont limités à huit personnes pour garantir le respect des normes sanitaires, explique la communication de Drouot au Cfjlab. Ils pourront résoudre une énigme en circulant dans le Drouot accessible mais aussi dans ses coulisses ». Une manière originale de découvrir autrement ce bâtiment mythique chanté par Barbara.

Photo : Le palais de l’Elysée / Pierreschwartz