La SNCF mettra «environ deux ans» à retrouver son trafic d’avant crise

Il faudra «environ deux ans» à la SCNF pour retrouver son niveau d'avant crise, selon son PDG Jean-Pierre Farandou. Le groupe ferroviaire mise sur une simplification de sa tarification pour attirer de nouveaux passagers.

Le trafic ferroviaire portera longtemps les stigmates de la crise sanitaire. La SNCF mettra «environ deux ans» à retrouver son niveau de trafic d’avant crise a déclaré Jean-Pierre Farandou, PDG du groupe ferroviaire français depuis bientôt un an, lors d’un entretien au quotidien Les Echos publié jeudi 18 septembre.

Au plus fort de la crise, le trafic ferroviaire s’était effondré de 99%. Dès le déconfinement, le groupe a «choisi de faire rouler beaucoup de trains» et de mettre en place «des règles sanitaires irréprochables pour convaincre les Français de reprendre le train.» Résultat ? «85 % de la clientèle est revenue, ce qui nous a permis de couvrir nos coûts de production», a affirmé le patron. «Les courbes (de trafic) repartent vers le haut, mais à vitesse lente», a‑t-il ajouté.

«L’été s’est bien passé, mieux que ce que nous avions prévu au départ mais nous sommes un peu plus inquiets pour la clientèle affaires», a‑t-il précisé au quotidien. Le ralentissement de l’activité économique et le télétravail influent en effet directement sur la baisse de la fréquentation. «Il nous manque des générateurs de trafic comme les grands salons professionnels, et le télétravail nous prive d’environ 10 à 15 % de la clientèle affaires», a détaillé le PDG, déplorant également un recul de «30 à 40% par rapport à la normale» du trafic TER.

Le TGV, un moyen de transport «cher»

M. Farandou a admis un problème concernant le TGV perçu par les Français comme un moyen de transport «cher». «Le prix moyen d’un billet de TGV est de 45 euros et cela a même tendance à baisser avec le développement de Ouigo. Cet été, nous avons vendu 4 millions de billets à petits prix. Mais une partie de notre clientèle qui achète ses billets au dernier moment les jours de grands départs n’a pas accès à nos meilleurs tarifs», a précisé le PDG. Et d’avancer : «Nous devons réfléchir à une évolution de notre politique tarifaire, plus simple.»

Légende photo : Le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou veut imaginer un nouveau mode de tarification des billets de train/Crédits : Wikipédiacommons