« Tous les indicateurs » d’une aggravation de l’épidémie sont là, avertit Santé publique France

L'agence sanitaire tire la sonnette d'alarme. Le nombre de décès a doublé par rapport à la semaine précédente, passant de 129 à 265. Cette augmentation est une première depuis la levée du confinement.

Circulation du virus chez les personnes âgées, nombre de foyers épidémiques et même désormais nombre de décès : « tous les indicateurs » d’une aggravation de l’épidémie de Covid-19 sont présents, a averti ce vendredi Santé publique France (SPF) dans un communiqué, qui y voit un signal invitant à plus de vigilance. « Pour la première fois depuis la levée du confinement, on observe une augmentation des décès pour Covid-19 », avec un doublement à 265 morts, après 129 la semaine précédente, souligne l’agence sanitaire dans son dernier point hebdomadaire.

Lire aussi : Infographie — Le nombre d’hospitalisations et de réanimations en augmentation depuis la rentrée

68 clusters en Ehpad

« Ce sont des décès qu’on observe aussi bien au niveau hospitalier que dans les établissements d’accueil pour personnes âgées », a précisé au cours d’un point presse en ligne Sophie Vaux, épidémiologiste à SPF. « Si les jeunes adultes (20 à 30 ans) restent actuellement les plus touchés par le SARS-CoV‑2, le virus progresse ces dernières semaines chez les 75 ans et plus », avec un taux de nouveaux cas en hausse de 45 % la semaine dernière dans cette tranche d’âge, « susceptible de développer les formes les plus graves de la maladie », selon l’agence sanitaire.

La situation est particulièrement préoccupante dans les Ehpad. Les foyers de contamination y sont « également en forte augmentation », avec 68 clusters groupés détectés dans ces établissements la semaine dernière. C’est presque deux fois plus que la semaine précédente (37).

Lire aussi : À l’Ehpad «Amitié et partage», un reconfinement «serait trop douloureux» pour les résidents

Point hebdomadaire du 17 septembre de Santé publique France

Les entrées en réanimation doublées

« L’intensification de la diffusion du virus chez les personnes les plus âgées fait craindre la poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir », souligne SPF. Elle rappelle : « les formes graves conduisant à des hospitalisations, des admissions en réanimation et des décès surviennent avec un décalage d’environ deux semaines après le début de la maladie ».

À l’hôpital, les indicateurs, repartis à la hausse depuis deux mois, ont continué à se dégrader la semaine dernière, avec « une augmentation des passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (+ 50 %), des nouvelles hospitalisations (+ 45 %), ainsi que des admissions en réanimation (+ 48 %) ».

Les mesures barrières moins respectées

Un indicateur n’est lui pas dans le rouge : le rythme d’augmentation du nombre de nouveaux cas (+8% la semaine dernière), qui « ralentit ». Mais pour SPF, pas de quoi se réjouir. Elle l’attribue à une « sous-estimation probable » du nombre de cas d’infection, « du fait de la saturation des capacités diagnostiques dans certaines régions ».

Ces augmentations « appuient la nécessité de protéger les personnes les plus vulnérables » et montrent que « l’adoption par tous de l’ensemble des mesures de prévention est essentielle », souligne SPF. Selon les dernières enquêtes de l’agence publique, les mesures barrières — hors masque, dont le port a nettement progressé — comme la distance physique, le lavage des mains ou l’arrêt des embrassades, sont moins bien respectées qu’au début de l’épidémie.

Crédit photo : Sasin Tipchai