La préfecture d’Indre-et-Loire interdit les soirées dansantes

Face à une résurgence de cas de Covid, la préfecture d'Indre-et-Loire déclare l'interdiction des soirées étudiantes, pots et consommation de cocktails debout dès lundi.

Finies les soirées dansantes, banquets et apéros à Tours et dans ses environs. La préfecture d’Indre-et-Loire a annoncé ce samedi dans un communiqué que les mesures sanitaires seraient durcies dans le département à compter du lundi 21 septembre, afin d’y limiter la circulation du Covid-19. «Le classement d’Indre-et-Loire en “zone rouge” de circulation active du virus, implique de nouvelles mesures de protection sanitaire», justifie la préfecture.

Les soirées étudiantes et dansantes, ainsi que les apéritifs organisés, vins d’honneur, goûters et consommation de cocktails debout seront désormais bannis pendant un mois. Même chose pour les buvettes situées dans des espaces clos, sans places assises. Cette interdiction sera renouvelée si le taux d’incidence augmente, selon la préfète Marie Lajus.

Dépistages renforcés

Les campagnes de tests seront par ailleurs renforcées. Une file d’attente sera dédiée aux personnes les plus vulnérables, les cas symptomatiques et les cas contacts. Les laboratoires de la région promettent un résultat sous 24 heures pour ces derniers. Pour ce faire, la préfecture prévoit le déploiement de seize lieux de dépistage PCR. L’évolution de la pandémie est alarmante dans le département. Le taux d’incidence départemental est de 76 nouveaux cas pour 100 000 habitants la semaine dernière, dépassant le seuil d’alerte de 50 pour 100 000 habitants.

Photo : Place Plumereau à Tours. Parsifall / Wikimedia Commons