À Lyon, les citoyens mesurent la qualité de l’air

À Lyon, le réseau de surveillance de la pollution de l’air Atmo prête des capteurs aux citoyens pour mesurer la qualité de leur air.

Depuis le lundi 21 septembre, les Lyonnais peuvent mesurer la qualité de l’air dans leur métropole. Le réseau Atmo, chargé d’analyser la quantité de particules fines présentes dans l’air, est à l’origine de l’initiative.

Des capteurs ont été confiés à 15 citoyens, pour leur permettre de mesurer durant un mois la pollution. L’expérience sera renouvelée pendant près d’un an, avec de nouveaux volontaires chaque mois. Les bénévoles doivent télécharger une application sur leur téléphone. L’application leur proposera de réaliser des “mesures libres” et des “challenges”, comme enregistrer des mesures lors de leur trajet domicile-travail, mesurer la qualité de l’air au bureau ou les émanations des gaz d’échappement, comparer les relevés chez soi avant et après l’aération du domicile…

L’objectif est d’impliquer les citoyens pour les sensibiliser et les amener à adopter des comportements moins polluants, comme l’utilisation des transports en commun. Les volontaires seront amenés à échanger et à comparer leurs expériences à la fin de chaque session.

L’expérience sera bientôt reproduite dans les villes de Grenoble et de Clermont-Ferrand.