L’énergie éolienne a progressé en 2019 et créé de l’emploi

La France est le 4ème pays éolien en Europe, en terme de puissance raccordée, derrière le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Allemagne.

La capacité du parc éolien français a progressé et continué de créer de l’emploi en 2019 et début 2020, malgré un retard lié à la crise sanitaire, selon l’Observatoire de l’éolien publié mardi par France énergie éolienne (FEE). Le parc éolien a augmenté de 11% par rapport à 2018 avec l’installation de 8.000 éoliennes réparties le long de l’année 2019.

La part de l’éolien atteint ainsi plus de 6% de la production électrique française, qui reste dominée à plus de 70% par le nucléaire. “La filière démontre que la transition énergétique est porteuse d’emploi, avec une progression de 11% des emplois en 2019”, se réjouit la FEE dans sa publication. 20.200 personnes travaillent désormais dans l’éolien en France.

Un secteur d’avenir

La hausse de l’emploi dans ce secteur est en grande partie due au lancement de la construction du premier parc éolien en mer au large des côtes françaises, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Un second parc doit voir le jour au large de Fécamp (Seine-Maritime) d’ici 2023. D’autres chantiers de grande ampleur pourraient voir le jour dans les prochaines années. La feuille de route énergétique du gouvernement prévoit de doubler d’ici à 2028 la capacité éolienne terrestre et de lancer chaque année un appel d’offres pour l’éolien en mer d’environ 1 gigawatt, rappelle la FEE.