Des trottinettes électriques pas si écologiques

Les trottinettes électriques sont peu polluantes lors de leur utilisation. Mais ce bon bilan carbone ne compense pas leur production et leur entretien.

Électriques oui, mais pas forcément vertes. Selon une étude du Journal of Cleaner Production, l’arrivée des services de partage de trottinettes à Paris a généré 13 000 tonnes d’émission de CO2 supplémentaires par an, soit l’équivalent d’une ville de 16 000 habitants.

L’impact carbone d’une trottinette électrique est de 60 grammes de CO2 par kilomètre parcouru, selon The Conversation. Un bilan bien plus faible qu’une voiture mais plus élevé que l’usage des transports en commun. Il faut néanmoins nuancer : plus polluante au kilomètre, une trottinette électrique permet à son utilisateur de parcourir… moins de kilomètres. Parce qu’individuel, ce genre de véhicule permet des trajets plus directs, et donc moins longs, qu’en transports en commun.

De plus, la trottinette électrique remplace des déplacements auparavant effectués via d’autres modes de transport. L’étude du Journal of Cleaner Production, réalisée pendant l’été 2019, révèle que les deux tiers des utilisateurs parisiens de trottinettes électriques étaient d’anciens usagers du métro. Un quart étaient d’anciens piétons ou cyclistes. Moins de 10% des trajets effectués en trottinettes ont remplacé des déplacements en voiture.

Des trottinettes peu recyclées

En réalité, le problème environnemental des trottinettes se situe ailleurs, dans les éléments utilisés pour leur fabrication et le manque de recyclage des éléments. Les chercheurs pointent également la question de l’entretien de la flotte puisque chaque soir, les trottinettes sont remorquées dans des véhicules diesel pour être rechargées. La baisse des émissions permise par ces engins est donc effacée par une logistique particulièrement polluante.

Aucun chiffre n’existe pour Paris mais une étude réalisée aux Etats-Unis durant l’été 2019 a estimé la durée de vie moyenne des trottinettes électriques partagées à 28 jours. Un cycle de vie très court qui ne permet pas de compenser l’impact carbone de la production des engins. La solution, selon les chercheurs ? Acheter sa propre trottinette électrique.