Total reconvertit sa raffinerie de Grandpuits dans les énergies vertes

Le site de Seine-et-Marne (77) arrêtera début 2021 de raffiner du pétrole. En remplacement, il produira des biocarburants et des bioplastiques.

Son sort est désormais scellé. La raffinerie de Total à Grandpuits, en Seine-et-Marne, se reconvertira vers quatre activités “vertes”, d’ici à 2024, a dévoilé ce jeudi 24 septembre le pétrolier français devant les représentants du personnel. Le raffinage de pétrole brut “s’arrêtera au premier trimestre 2021”, a annoncé Total dans un communiqué détaillant son plan de reconversion.

Total investira “plus de 500 millions d’euros” dans la reconversion de la seule raffinerie d’Île-de-France. Au programme, quatre nouveaux secteurs d’activité : production de biocarburants et de bioplastiques, création d’une unité de recyclage de plastiques et création de deux centrales solaires photovoltaïques.

150 emplois menacés

Comme le redoutaient les syndicats, tous les emplois ne pourront être sauvés. Grandpuits n’emploiera plus que 250 personnes à l’issue de la reconversion, contre 400 aujourd’hui. Selon Total, “il n’y aura aucun licenciements, grâce à des départs en retraite anticipés et des mobilités internes vers d’autres sites du groupe”. La direction s’engage également à “accompagner les entreprises sous-traitantes”.

Cette reconversion intervient près d’un an après une fuite importante, dans les Yvelines, du pipeline de 260 km qui achemine le pétrole vers Grandpuits depuis Le Havre. Trop coûteux, le remplacement de ce dernier a précipité le “choix d’arrêter le raffinage de pétrole”.