EPR de Flamanville : le Conseil d’Etat saisi par des ONG

Greenpeace et “Sortir du Nucléaire” ont annoncé saisir la plus haute juridiction administrative pour bloquer la mise en service du réacteur de Flamanville.

“L’EPR de Flamanville ne doit pas entrer en fonctionnement”. Dans un communiqué commun, plusieurs associations dont Greenpeace France, France Nature Environnement et “Sortir du nucléaire” dénoncent “l’obstination du gouvernement à tolérer la poursuite de ce chantier catastrophique (…) Dangereux et rafistolé avant même d’avoir démarré, ce réacteur ne devrait jamais entrer en service”.

Elles ont annoncé saisir le Conseil d’Etat contre un décret gouvernemental, pris en mars 2014, repoussant jusqu’en 2024 le délai maximal de mise en service de l’EPR de Flamanville dans la Manche. Jusque là, ce délai prenait fin en avril 2020. Le chargement du combustible nucléaire dans le réacteur est prévu pour la fin 2022, après de nombreux retards et surcoûts.

En mai, les mêmes associations avaient fait deux recours gracieux auprès du Premier ministre pour demander le retrait du décret modificatif, ainsi que l’abrogation du décret initial d’autorisation de création de cet EPR. En l’absence de réponse, elles ont pris la décision de saisir la plus haute juridiction administrative.