Protéger l’environnement préserverait aussi l’économie mondiale

Protéger un tiers des ressources terrestres et marines permettrait d’économiser entre 64 et 454 milliards de dollars par an d’ici 2030. C’est en tout cas ce que démontre un nouveau rapport, co-écrit par plus de 100 économistes et scientifiques internationaux.

Présidés par l’écologiste Thomas Lovejoy, les scientifiques ont étudié l’impact économique des créations de parcs naturels protégés autour du globe. Ils ont notamment constaté qu’une protection accrue des forêts et des mangroves permettrait d’éviter les pertes économiques dues au changement climatique.

Les pays devraient multiplier par cinq leur investissement dans les zones naturelles protégées, pour atteindre un montant de 140 milliards de dollars par an d’ici 2030. “Maintenant que nous savons comment agir, il est nécessaire que tous les pays augmentent leur financement”, a déclaré Carlos Manuel Rodriguez, ministre de l’environnement du Costa Rica et directeur du Fonds pour l’environnement mondial.

Actuellement, seul 15% des terres et 7% des mers sont protégés. Ces zones ont rétrécis ces derniers mois pour permettre le développement des exploitations minières.