La couleur des papillons, signe du changement climatique

Une étude du Journal of Animal Ecology tend à prouver que, plus les températures sont élevées, plus les papillons qui ont des couleurs vives risquent de disparaître.

C’est une découverte surprenante. Si les papillons aux couleurs vives participent au plaisir des yeux, cela n’est pas une bonne nouvelle. Le Journal of Animal Ecology, une publication scientifique qui traite de l’écologie animale, a publié une étude le 23 septembre.

Entre avril et septembre 2009, puis entre mai et septembre 2018, les chercheurs ont capturé 4000 spécimens adultes, sur plusieurs sites naturels de Grande-Bretagne. En tout, 29 espèces différentes ont été analysées. A l’aide d’un petit thermomètre, ils ont évalués la température corporelle de chaque individu.

Résultat : les différentes espèces capturées ne réagissaient pas toutes de la même façon aux variations de température. Et surtout “les changements de température peuvent avoir un effet très marqué sur les papillons, certains montrant des changements spectaculaires”.

L’étude révèle que les papillons de couleur pâle sont les mieux à même de réguler leur température corporelle. En inclinant leurs ailes, ils peuvent refléter la lumière du soleil en fonction de leur besoin, pour accéder à une température optimale.

En revanche, les espèces ayant de petites ailes, ou plus colorées, font partie de celles ayant connues le plus gros déclin de population au cours des 40 dernières années.