En Italie, des scènes de “guérilla urbaine” contre le couvre-feu

Plusieurs villes d'Italie ont connu une nuit mouvementée, rythmée par des manifestations parfois violentes à la veille de nouvelles annonces du premier ministre du pays, Giuseppe Conte.

Milan, Turin, Naples, Trévise, Trieste, Catane… En Italie, des milliers de personnes ont manifesté lundi soir dans plusieurs villes du pays contre la fermeture des restaurants et des bars à partir de 18 heures et de tous les théâtres, cinémas et salles de sport pendant un mois. Aux rassemblements spontanés calmes se sont superposées des scènes de “guérilla urbaine”. A Milan et Turin, les deux grandes villes du nord du pays, les affrontements ont été violents. La police anti-émeute a été déployée et a riposté à coups de tirs de grenades lacrymogènes.

A Milan, des manifestants ont lancé des cocktails molotov sur la police lors d’une marche de plusieurs centaines de personnes à Corso Buenos Aires, une des artères commerciales les plus importantes de la capitale de la mode, comme le rapporte cette vidéo de CorriereTv. Au total, 28 arrestations ont été effectuées, selon l’antenne italienne de la chaîne de télévision Sky.

https://twitter.com/SergioSierra67/status/1320996949240283136?s=20

A Naples, des manifestants ont attaqué des véhicules des forces de l’ordre.

A Turin, des échanges de fumigènes et le tir de mortiers ont éclaté Place Castello, selon La Stampa. Deux manifestations ont eu lieu dans la soirée. Selon ce quotidien italien, cette “guerre urbaine dans les rues” a donné lieu à 10 arrestations, “dont cinq ultras de la Juventus et de Turin”. Trois personnes sont blessées, deux policiers et un photojournaliste.

Quelques boutiques, dont celle de Gucci, ont été caillassées et pillées.

A Trévise, une manifestation plus calme a eu lieu.

Le Premier ministre Giuseppe Conte doit présenter ce mardi des mesures de soutien aux secteurs d’activité et professions les plus touchés par les mesures de restriction. Mais certains n’y croient plus : dans la petite ville portuaire de Pesaro, non loin de San Marin (dans l’est), la police est intervenue dans un restaurant dont le propriétaire avait convié 90 personnes à dîner pour exprimer son refus de fermer à 18h. “Vous pouvez m’arrêter, je ne fermerai plus”, a‑t-il lancé.

Avec 236 684 cas positifs et 37 479 décès au lundi 26 octobre, la Lombardie (Milan) est la région la plus touchée du territoire nationale. Selon un décompte réalisé par le Guardian, l’Italie est le 14ème pays en nombre de cas positifs au monde (France : 5ème), mais le sixième pays avec le plus de décès (France : 8ème).